La France se prépare à un « nouvel épisode caniculaire »

Ardèche (07), Drôme (26), Gard (30), Pyrénées-Orientales (66) et Vaucluse (84): cinq départements ont été placés sous vigilance orange dans le sud de la France.

Ils devraient traverser un « nouvel épisode caniculaire dont l’intensité et la durée seront moindres que celles de l’épisode précédent », a précisé Météo-France dimanche dans un bulletin.

Les dix autres départements du quart sud-est de la France ont été placés en vigilance jaune.

Quelques jours après une vague de chaleur exceptionnelle qui a duré deux semaines, les températures ont de nouveau été élevées dimanche après-midi du Roussillon à la Provence.

Pic de chaleur mercredi

« En cette nuit de dimanche à lundi, la douceur est particulièrement marquée sur les plaines littorales du Languedoc-Roussillon ainsi qu’en vallée du Rhône. A 5h il fait encore 27,2°C à Perpignan, 24,6°C à Nîmes-Coubressac, 25,5°C à Avignon, 23,6°C à Montélimar », notait Météo-France dans son bulletin de 6h.

« Lundi après-midi, les températures atteindront 35 à 38 degrés sur les départements placés en vigilance orange avec des pointes à 39 degrés vers le Gard », ajoute Météo-France, le pic de chaleur étant attendu mercredi à l’échelle de la France métropolitaine, « avec des maximales souvent supérieures ou égales à 35°C et des pointes à 39 ou 40 degrés sur le sud-ouest ».

Ce pic devrait cependant être « bref dans de nombreux départements », selon Steven Testelin, prévisionniste à Météo France, et de l’air moins chaud pourrait arriver jeudi par le nord-ouest.

Au sud de Nîmes (Gard), attisé par le Mistral et la Tramontane, un incendie a détruit 200 hectares de pinède dimanche soir, et quatre pompiers ont été blessés dont un gravement.

Un important panache de fumée gris et orangé a nécessité la fermeture partielle de l’autoroute A9. Le Gard avait été placé samedi, pour la première fois de la saison, en niveau « danger extrême » pour les feux de forêts sur la zone du Gard Rhodanien.

Un autre feu s’est déclaré dimanche en fin d’après-midi à une vingtaine de kilomètres de Marseille, à hauteur des Pennes-Mirabeau.

Cette multiplication d’épisodes de fortes chaleurs est une conséquence directe du réchauffement climatique selon les scientifiques, les émissions de gaz à effet de serre (liées à la production d’énergie, aux transports, à l’industrie) augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Météo France recommande de veiller sur les personnes âgées, les personnes atteintes de maladie chronique ou de troubles de la santé mentale, les personnes qui prennent régulièrement des médicaments, et les personnes isolées.

La déshydratation ou un coup de chaleur (fièvre, peau chaude, rouge et sèche, maux de tête, nausées) peuvent aussi toucher les sportifs et les personnes qui travaillent dehors.

« Les dispositions du plan ORSEC gestion sanitaire des vagues de chaleur sont activées par les préfets en fonction des situations locales », a fait savoir Matignon dans un communiqué lundi.

« La Première ministre (Elisabeth Borne) assurera un suivi régulier de la situation », selon le communiqué.

Sécheresse record

La France a connu son mois de juillet le plus sec depuis le début des mesures, en août 1958, a confirmé Météo France.

L’Europe occidentale a fait face en juillet à une sécheresse historique et à deux vagues de chaleur en à peine un mois, au cours desquelles se sont déclenchés des feux de forêt ravageurs comme en Gironde ou désormais en Grèce.

La préfecture de la Gironde a annoncé que le département allait de nouveau être placé en vigilance rouge pour le risque de feux, interdisant la circulation des personnes et des véhicules en forêt entre 14h et 22h.

L’accès aux forêts est aussi strictement interdit dans le Vaucluse, et dans quatre des 25 massifs des Bouches-du-Rhône.

Dans le Jura, de nouvelles restrictions d’eau s’appliquent lundi. L’arrosage des pelouses et de tout espace vert est interdit, tout comme le remplissage des piscines privées, ou le lavage des véhicules.