La « finlandisation », une neutralité controversée évoquée pour la crise en Ukraine

Des propos prêtés à Emmanuel Macron jugeant qu’elle fait « partie des modèles qui sont sur la table » ont aussi fait couler beaucoup d’encre, même si le président français a nié avoir utilisé le terme. Préserver ses frontières en accordant à son puissant voisin un droit de regard sur des questions stratégiques : le précédent a des échos dans la situation actuelle en Ukraine, mais une solution similaire risque d’être inacceptable pour Kiev, qui a inscrit l’objectif d’une adhésion à l’Otan dans sa Constitution.

Après une première guerre (1939-1940) provoquée par l’invasion de l’Union soviétique, puis une deuxième à partir de juin 1941 où la Finlande combat l’Armée rouge aux côtés de l’Allemagne nazie, la Finlande et l’URSS signent un armistice en 1944, puis un accord de paix à Paris en 1947.

Dans le nouveau contexte de la guerre froide et du rideau de fer, un « traité d’amitié » est signé l’année suivante entre Moscou et Helsinki. En vertu de cet accord, les dirigeants finlandais acceptent de rester en dehors de la coopération militaire occidentale, notamment l’Otan nouvellement créée.

Des politiques autoritaires visant à faire disparaître le sentiment antisoviétique dans les sphères politiques et culturelles finlandaises sont mises en place, notamment dans les médias. Moscou exerce un contrôle sur la politique étrangère et militaire de la Finlande, empêchant par exemple des accords de protection mutuelle de l’ancienne province russe (1809-1917) avec la Suède et la Norvège.

Mot insultant

La politique a permis d’éviter toute invasion soviétique et le basculement du pays dans le bloc de l’Est, et beaucoup s’accordent à dire que les dirigeants finlandais n’avaient guère le choix. Mais le coup de couteau à son indépendance enduré par la Finlande est considéré aujourd’hui par de nombreux habitants du pays nordique comme une période honteuse. « En Finlande, quand vous dites que quelqu’un a été ‘finlandisé’, c’est presque une insulte, disant que vous penchez plus du côté de la Russie que de l’Occident », souligne l’ex-Premier ministre finlandais Alexander Stubb. Beaucoup de figures du monde politique et médiatique de la période se voient désormais reprocher d’avoir abusé de l’autocensure pour ne pas déplaire au Kremlin.

Après la chute de l’URSS en 1991, la Finlande a abandonné sa neutralité pour rejoindre clairement le camp occidental, en adhérant à l’Union européenne en 1995 puis en devenant un partenaire – mais non membre – de l’Otan.

« Nous étions un petit pays coincé entre le marteau et l’enclume », souligne le professeur Teivo Teivainen de l’Université d’Helsinki. « Beaucoup de gens acceptent que la finlandisation ait fait partie de notre histoire », juge-t-il. « Mais l’évoquer aujourd’hui, qu’il s’agisse de la Finlande ou de l’Ukraine, est une offense » pour beaucoup, explique l’expert.

« Situations nouvelles »

L’idée qu’une « finlandisation » de l’Ukraine puisse résoudre les tensions avec la Russie voire le conflit qui dure depuis l’annexion de la Crimée en 2014 suscite de vives réactions sur la rive est de la Baltique. Pour l’ex-président estonien Toomas Hendrik Ilves, « la Finlande n’aurait pas été considérée [comme] une démocratie » durant la période de finlandisation. « Ce n’était pas beau à voir », a-t-il pointé, évoquant notamment le cas d’Urho Kekkonen, président puissant pendant 26 ans et dont le mandat avait été prolongé par une simple décision parlementaire.

« Les vieux mots pour les nouvelles situations marchent rarement », s’est emporté M. Stubb sur Twitter, disant plus tard ne pas croire qu’Emmanuel Macron ait pu l’employer. L’ancien chef de la diplomatie finlandaise, qui avait été impliqué dans les médiations pour le cessez-le-feu entre la Russie et la Géorgie en 2008, rejette fermement l’idée que la finlandisation puisse représenter une voie de sortie à l’impasse sur le dossier ukrainien. « Aucune grande puissance, que ce soit la Russie ou quiconque, ne devrait décider de la ligne que l’Ukraine veut adopter en ce qui concerne sa propre sécurité. »