“La fatigue de certains alliés envers l’Ukraine est une réalité”

Après huit mois de combats intenses, une « fatigue de la guerre » commencerait à guetter les alliés de Kiev notamment en raison des pertes militaires ainsi que des problèmes d’acheminement de l’aide. Selon les États-Unis, Kiev ne devrait plus refuser ouvertement les pourparlers de paix tant que Vladimir Poutine est au pouvoir. Cette demande intervient à un moment où une certaine lassitude commence à se faire sentir. Le fait que le président ukrainien Volodymyr Zelensky rejette toute négociation suscite une inquiétude croissante dans les pays où la guerre influence fortement le prix des denrées alimentaires et du gaz, surtout à l’approche de l’hiver. “La fatigue de certains alliés envers l’Ukraine est une réalité”, a déclaré un responsable américain anonyme au Washington Post.

Le 24 octobre, le Washington Post révélait notamment que « trente élus de gauche de la Chambre des représentants de Washington veulent pousser le président Joe Biden à changer fondamentalement de stratégie en Ukraine et à engager des négociations directes avec la Russie”. Les trente élus concernés demandaient au président Joe Biden d’“accompagner le soutien économique et militaire sans précédent que les États-Unis ont apporté à l’Ukraine d’une action diplomatique proactive et de redoubler d’efforts pour trouver un cadre réaliste pour un cessez-le-feu”.

En Europe, c’est la question des sanctions qui commence à diviser l’opinion publique. « Cette guerre a un coût qui est payé au prix fort par les Ukrainiens, mais qui commence aussi à être payé par les pays européens sur le plan économique, et donc à terme sur le plan social »​, résumait sur France Inter Thomas Gomart, le directeur de l’Institut français des relations internationales. À moyen terme, certains spécialistes informent que les difficultés budgétaires liées à la forte inflation pourraient conduire les États occidentaux à diminuer leurs aides matérielles ainsi que leurs propres politiques en matière de défense.

“Nous ne voulons pas des mots mais des actes »

Un représentant du département d’État des États-Unis a déclaré que la Russie devait cesser ses bombardements et ses attaques de missiles et retirer ses troupes d’Ukraine si elle voulait montrer qu’elle était prête à négocier. “Comme nous l’avons déjà dit à maintes reprises : nous ne voulons pas des mots, mais des actes”, a déclaré le représentant. “Le Kremlin continue de provoquer des escalades dans cette guerre. Bien avant le début de l’invasion de l’Ukraine, la Russie montrait très clairement qu’elle n’était pas prête à négocier sérieusement.”