KLM suspend les vols vers l’Ukraine jusqu’à nouvel ordre

La compagnie aérienne KLM a annoncé samedi la suspension jusqu’à nouvel ordre des vols vers l’Ukraine, juste après que le gouvernement néerlandais conseille à ses ressortissants de quitter le pays en raison de la détérioration de la situation sécuritaire.

« Le prochain vol vers la capitale Kiev était prévu ce soir, mais ne sera pas assuré », a déclaré KLMdans un communiqué, ajoutant que cette décision faisait « suite à l’ajustement des conseils de voyage (…) et à une analyse de sécurité approfondie ».

« Il n’y a plus de vols dans l’espace aérien ukrainien jusqu’à nouvel ordre », a déclaré KLM.

A l’instar de nombreux pays européens, dont l’Allemagne, l’Italie et la Belgique, les Pays-Bas ont appelé samedi leurs ressortissants de quitter l’Ukraine, déconseillant les voyages dans ce pays.

« La situation sécuritaire était déjà préoccupante, et s’est encore détériorée ces derniers jours », a déclaré dans un communiqué samedi le ministre des Affaires étrangères néerlandais Wopke Hoekstra.

« Les conseils aux voyageurs pour l’Ukraine sont passés au rouge aujourd’hui: cela signifie qu’il est trop dangereux de voyager dans le pays », a souligné le ministère.

« On ne sait pas encore quand KLM volera à nouveau vers Kiev », a souligné KLM, qui ne survole plus l’est de l’Ukraine depuis le crash du MH17 en 2014.

Le vol MH17 de la Malaysia Airlines qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur avait été abattu au-dessus de l’est de l’Ukraine le 17 juillet 2014, tuant les 283 passagers à bord – dont 196 ressortissants néerlandais – et les 15 membres d’équipage.

Moscou a toujours nié toute implication.

Les vols de la compagnie Air France, faisant partie du même groupe que KLM, sont pour l’instant maintenus.

« A l’heure actuelle, il n’y a pas d’annulation de prévue et nous maintenons notre desserte habituelle de Kiev’, a indiqué à l’AFP un porte-parole d’Air France, qui précise « suivre l’évolution de la situation ».

Une guerre en Ukraine pourrait éclater « à tout moment », a averti vendredi Washington, qui a appelé ses ressortissants a quitter le pays. Plusieurs pays de l’UE, notamment l’Allemagne, la Belgique, l’Estonie et la Lituanie ont également donné consigne de quitter l’Ukraine.