Kaboul réclame son argent à Biden

L’ancien président afghan Hamid Karzai a demandé dimanche au président américain Joe Biden de reconsidérer sa décision de répartir 7 milliards de dollars d’avoirs afghans gelés entre les victimes des attentats du 11 septembre 2001 et l’aide humanitaire d’urgence.

« Le peuple afghan est autant victime que les familles qui ont perdu leurs proches« , a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Kaboul. Pour Hamid Karzai, cet argent devrait plutôt être utilisé pour assurer la stabilité de la monnaie afghane et de l’ensemble de l’économie du pays. « Priver les Afghans d’argent ou confisquer leur argent n’est pas correct et injuste, et constitue une atrocité contre le peuple afghan« , a-t-il dénoncé.

Aucun Afghan n’a été impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001 mais, selon l’ancien président, plus de 20 ans plus tard, les Afghans doivent encore payer le prix du fait qu’Oussama ben Laden, considéré comme le principal responsable de ces attaques, a séjourné en Afghanistan avant de fuir au Pakistan.

L’Afghanistan, aux mains des talibans depuis l’été dernier, possède des avoirs étrangers estimés à 9 milliards de dollars. Outre les 7 milliards aux États-Unis, cet argent se trouve principalement en Allemagne, aux Émirats arabes unis et en Suisse.

Dans une manœuvre très inhabituelle, Joe Biden a signé vendredi un décret permettant de prendre le contrôle des actifs de la banque centrale afghane déposés aux États-Unis, soit environ 7 milliards de dollars, qu’il veut réserver pour moitié à des familles de victimes du 11-Septembre. Le président américain utilise les « pouvoirs économiques extraordinaires » que lui donne une loi de 1977, et entend faire transférer ces actifs sur un compte bloqué de la Réserve fédérale de New York, une institution publique. Joe Biden veut consacrer l’autre partie des réserves à de l’aide humanitaire pour l’Afghanistan, mais qui serait versée de manière à ce que l’argent ne tombe pas aux mains des talibans, a expliqué la Maison Blanche.