Isaac Herzog investi président d’Israël

Main gauche sur la Torah, il a juré devant les députés de la Knesset (Parlement) de « remplir loyalement son rôle en tant que président ». « Je me tiens devant vous aujourd’hui honoré et ravi », a déclaré M. Herzog, 60 ans, dans son discours d’investiture, disant vouloir être « le président de chacun ». « Ma mission est de tout faire pour reconstruire l’espoir », a-t-il ajouté, déplorant « la crise inédite » traversée par la scène politique israélienne récemment.

M. Herzog avait été élu par les députés le 2 juin avec 87 voix de députés contre 26 pour son adversaire Miriam Peretz, une éducatrice sans expérience en politique mais figure populaire dans la société israélienne. En pleine crise politique, les adversaires de Benjamin Netanyahu, Premier ministre le plus pérenne de l’histoire d’Israël, menaient alors d’ultimes tractations pour le chasser du pouvoir. Ils ont finalement mis sur pied un gouvernement hétéroclite avec à sa tête le chef de file de la droite radicale Naftali Bennett.

En Israël, le pouvoir exécutif est entre les mains du Premier ministre tandis que la fonction de président est apolitique et largement cérémonielle. Il peut toutefois accorder des grâces.

M. Herzog remplace à la tête de l’État Reuven Rivlin, 74 ans et figure de la droite israélienne, qui avait été élu en 2017 pour un mandat de sept ans non renouvelable.

Surnommé « Bouji », Isaac Herzog est entré au Parlement pour la première fois en 2003 et avait passé la décennie suivante dans des ministères, avant de prendre la tête d’un parti travailliste en crise en novembre 2013. Sa dernière mission en date était à la tête de l’Agence juive, une organisation paragouvernementale qui s’occupe notamment de l’immigration juive et des relations avec la diaspora juive. Il a quitté ce poste, qu’il occupait depuis 2018, pour être candidat à la présidence.