Iran: l’opposition en exil salue le « boycottage » de la présidentielle

M. Raïssi a été élu au premier tour avec 61,95% des voix et une participation de 48,8%, taux le plus bas pour un scrutin présidentiel, selon les autorités iraniennes.

Des groupes d’opposition iraniens basés à l’étranger avaient appelé à boycotter l’élection pour laquelle les principaux rivaux de M. Raïssi ont été disqualifiés par les autorités de Téhéran ou se sont retirés.

La dirigeante du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), Mariam Radjavi, a déclaré que le « boycottage national » était le « plus grand coup politique et social » porté au système dirigé par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

« Le boycottage a prouvé et montré au monde que la seule volonté du peuple iranien était de renverser ce régime médiéval », a-t-elle déclaré.

Interdit en Iran, le mouvement des Moudjahidine du Peuple (MEK) pense que le taux de participation réel était de 10% et que les autorités l’ont multiplié par cinq à la faveur de « falsifications astronomiques », selon le CNRI.

Cette estimation se base sur les rapports de 1.200 témoins dans 400 villes d’Iran et sur plus de 3.500 clips vidéo réalisés dans des bureaux de vote, a ajouté le CNRI, sans préciser comment il était parvenu à un taux de participation 10%.

Les Iraniens ont fait preuve « d’unité et de solidarité » en « boycottant et en disant non au régime autoritaire en Iran », a écrit sur son compte Twitter Réza Pahlavi, fils du chah déchu Mohammad Réza Pahlavi et héritier du trône avant la révolution islamique de 1979.

« Vous avez montré la volonté et le pouvoir de la nation. Votre liberté est proche », a-t-il ajouté.

Des appels au boycottage du scrutin avaient également été lancés par des personnalités en Iran.