Inde: au moins 12 morts lors d’un mouvement de foule dans un sanctuaire

Le drame s’est produit à environ 03H00 (21H30 GMT) alors qu’il faisait encore noir sur la route menant à Mata Vaishno Devi, l’un des sanctuaires hindous les plus fréquentés du Nord de l’Inde.

« Les gens sont tombés les uns sur les autres », a témoigné auprès de l’AFP, Ravinder qui n’a donné qu’un seul nom. « J’ai aidé à ramasser huit corps lorsque les ambulances sont arrivées après environ une demi-heure. J’ai la chance d’être en vie mais je tremble encore au souvenir de ce que j’ai vu ».

Un représentant des autorités a expliqué qu’il y a eu une ruée de personnes voulant faire des prières spéciales à l’occasion du Nouvel an, mais cela n’a pas été confirmé par d’autres sources.

Les villes et villages indiens comptent des millions de sanctuaires hindous et notamment dans les régions isolées de l’Himalaya ou dans les jungles du Sud.

Certains sont des lieux de pèlerinage extrêmement importants et le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi a beaucoup investi dans l’amélioration des infrastructures pour en faciliter l’accès.

Avant la pandémie de coronavirus, environ 100.000 fidèles se rendaient chaque jour au temple hindou de Mata Vaishno Devi, à une soixantaine de km de Jammu, la capitale d’hiver du Cachemire indien. Ce chiffre a depuis été limité à 25.000 par les autorités mais, selon des témoins et des médias, cette jauge aurait été dépassée à plusieurs reprises.

« Mauvaise gestion »

Deux bousculades dans des temples avaient fait en août et septembre 2008 plus de 370 morts parmi des fidèles hindous dans l’Himachal Pradesh (Nord) et au Rajasthan (Ouest).

D’autres, en janvier 2011 parmi une foule de pèlerins sur une route de montagne au Kerala (Sud-Ouest) puis deux ans plus tard, en octobre 2013, sur un pont près d’un temple au Madhya Pradesh, avaient chacune fait plus d’une centaine de victimes.

Les opérations de secours ont rapidement commencé et les blessés, dont certains seraient dans un état grave, ont été conduits à l’hôpital.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des ambulances équipées de gyrophares se rendant en pleine nuit vers les établissements hospitaliers.

Pour gagner le sanctuaire, ouvert 24 heures sur 24, les gens se rendent dans la ville voisine de Katra puis font une ascension d’environ 15 kilomètres à pied ou en poney – il existe également un service d’hélicoptère – jusqu’à l’entrée de la grotte, où ils doivent souvent attendre pendant des heures.

Ravinder, qui a témoigné auprès de l’AFP, a expliqué que la bousculade s’est produite à un endroit où une foule immense de personnes descendant du sanctuaire rencontre celles qui montent.

Il estime qu’il y avait au moins 100.000 personnes. « Personne ne vérifiait les fiches d’inscription des fidèles. J’y suis allé de nombreuses fois, mais je n’ai jamais vu autant de personnes », a-t-il déclaré.

« Ce n’est que lorsque certains d’entre nous ont réussi à soulever un cadavre avec leurs mains que les gens ont pu voir (ce qui se passait) et faire de la place pour déplacer les corps », a-t-il ajouté.

Un autre témoin, venu de Ghaziabad, près de New Delhi, avec un groupe d’environ 10 personnes, a fait état d’une « mauvaise gestion ».

« S’ils savaient qu’il avait autant de monde, ils auraient dû arrêter les gens », a déclaré l’homme sans donner son nom.

Le Premier ministre s’est dit sur Twitter « extrêmement attristé par la perte de vies humaines ».