Incendie en Gironde: nouvelles évacuations et 3.600 hectares brûlés

« Face à la progression de l’incendie, deux nouvelles évacuations ont été décidées ce midi par les autorités à Sainte-Hélène », écrit la préfecture dans un communiqué.

Au total, ce sont 1.340 habitants qui ont dû quitter en urgence leurs habitations sur les deux communes de Saumos et de Sainte-Hélène, entre la station balnéaire de Lacanau, sur la côte Atlantique, et l’agglomération bordelaise.

« Des vents soutenus (…) ont poussé les pompiers à travailler d’arrache-pied toute la nuit. La tête de feu était assez active sur le front nord-est, avec 300 hectares consommés dans la nuit », a déclaré dans la matinée le sous-préfet de Lesparre-Médoc, Fabrice Thibier, lors d’une conférence de presse.

Au total, 3.620 hectares ont été brûlés, s’ajoutant aux quelque 30.000 déjà ravagés cet été par trois gigantesques incendies dans le département, à La Teste-de-Buch et Landiras à deux reprises.

« On a toujours une sécheresse très importante au niveau du massif forestier », a pointé de son côté le directeur départemental des services de secours, Marc Vermeulen.

Pour tenter de maîtriser les flammes, jusqu’à 1.000 pompiers de la Gironde et d’autres département de France sont mobilisés. Sept d’entre eux ont été « très légèrement blessés » et « aucun n’a nécessité d’hospitalisation », selon la préfecture.

Dans la journée, les moyens aériens étaient également renforcés avec six Canadair – au lieu de trois la veille – , trois Dash et deux hélicoptères bombardiers d’eau en rotation.

Une enquête judiciaire a été ouverte sur l’origine de l’incendie. « Aucune piste n’est écartée même si la thèse criminelle est privilégiée », selon le parquet de Bordeaux.

Ce nouveau brasier est intervenu dans un contexte de forte chaleur, avec un record mensuel enregistré lundi à Bordeaux (37,5 degrés), du jamais vu en septembre depuis 1987 selon Météo-France.