Incendie en Californie: 2.000 nouvelles évacuations, une petite ville ravagée

Greenville, une petite ville d’environ 800 habitants dans le nord de l’Etat, a été engloutie par les flammes du Dixie Fire, incendie qui ravage la Californie (ouest des Etats-Unis) depuis trois semaines, attisé par une chaleur étouffante, une sécheresse alarmante et des vents continus.

« Je dirais que la majorité de Greenville-centre est complètement détruite », a tweeté le photographe spécialiste des incendies Stuart Palley, en publiant des photos du désastre.

« Mon coeur est brisé pour cette magnifique petite ville », ajoute-t-il.

« Les pompiers se battent pour la ville de Greenville », a déclaré mercredi soir Pandora Valle, la porte-parole des services forestiers américains, au journal San Fransisco Chronicle, sans donner davantage de détails.

Des images prises par un photographe de l’AFP montrent des lampadaires métalliques pliés en deux par la chaleur de l’incendie, et quelques rares structures encore debout.

Le feu a atteint Greenville à environ 16H00 mercredi (20H00 GMT), selon Jake Cagle, chef de section dans l’équipe de gestion de la catastrophe.

Dans une vidéo publiée mercredi soir, il a indiqué que les pompiers étaient retardés par des personnes ne suivant pas les ordres d’évacuer, les obligeant à dédier du temps et des ressources pour leur venir en aide.

Quelque 2.000 habitants de Californie avaient été appelés mercredi à évacuer « immédiatement » leurs domiciles à l’approche du Dixie Fire, le plus grand incendie de Californie cette année.

« Si vous êtes restés, vous devriez évacuer vers l’EST, IMMÉDIATEMENT ! », avait tweeté le département du shérif de Plumas Country, en s’adressant aux habitants des localités de Greenville et Chester.

« Si vous êtes toujours sur le secteur de Greenville, vous êtes en danger imminent et vous DEVEZ partir maintenant!! », avait-t-il ajouté dans un second message d’alerte, en précisant : « Si vous restez, les secours pourraient ne pas réussir à vous venir en aide ».

Le Dixie Fire fait rage dans les forêts du nord de la Californie depuis la mi-juillet, en lien avec la crise climatique, qui provoque pics de chaleur et sécheresse à travers le monde, notamment en Amérique du Nord.