Haïti: un enfant sur vingt risque de mourir de malnutrition sévère à Cité Soleil

Un enfant sur cinq souffre de malnutrition aiguë à Cité Soleil, une commune de la capitale haïtienne Port-au-Prince, en raison de l’escalade de violence qui y règne depuis plusieurs semaines, déplore le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef). Depuis le 8 juillet, il y a une recrudescence de la violence entre des gangs rivaux à Cité Soleil, qui compte 25.000 habitants. Plusieurs centaines de personnes ont été tuées et plusieurs milliers ont fui leur domicile.

Cependant, une grande majorité de la population est restée coincée entre les murs de la cité et les familles font face à un manque d’accès à la nourriture et à l’eau, couplé à un accès réduit aux services de base en matière de santé. Tout cela, associé à la flambée des prix des denrées alimentaires. De ce fait, d’après Unicef, « environ 20 % des enfants de moins de cinq ans à Cité Soleil souffrent de malnutrition aiguë, sévère ou modérée, soit 5 % de plus que le seuil d’urgence fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ».

L’Unicef et le ministère de la Santé (MSPP) ont déjà mis à disposition du lait et des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi et des médicaments essentiels, tout en soutenant les agents de santé communautaires pour intensifier le dépistage et le référencement des cas avérés de malnutrition. Jusqu’à présent, 9.506 cas d’enfants souffrant de malnutrition aigüe ont été recensés et 1.918 enfants malnutris ont reçu un traitement vital.

« L’Unicef appelle toutes les parties prenantes à renoncer à l’usage de la violence et à garantir l’accès des femmes et des enfants aux services de base. Sept mois de l’année se sont déjà écoulés et l’Unicef a toujours besoin de 64,6 millions de dollars pour apporter une aide humanitaire à plus d’un demi-million d’enfants en Haïti. »