Guerre en Ukraine: Zelensky accuse les « fascistes » russes de torture dans la région de Kharkiv

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les forces russes qui occupaient précédemment une grande partie de la région ukrainienne de Kharkiv de faire un usage généralisé de la torture. Au moins dix sites de torture ont été découverts dans cette région orientale récemment libérée, a-t-il dit dans son discours vidéo quotidien, samedi soir.

« La torture était une pratique généralisée dans le territoire occupé », a affirmé le président, qualifiant les occupants, qui ont fui devant une contre-offensive ukrainienne il y a une semaine, de « fascistes » et comparant leur comportement à celui des nazis.

Comme les nazis, les Russes seront tenus responsables de leurs actes devant les tribunaux, a prévenu M. Zelensky. « Nous établirons l’identité de tous ceux qui ont torturé et maltraité les gens, qui ont apporté ces atrocités de la Russie ici, sur le territoire ukrainien. »

Les forces d’occupation ont abandonné le matériel de torture lors de leur fuite, a-t-il ajouté. Les autorités ukrainiennes ont également publié des photos de ce qu’elles pensent être des sites et des équipements de torture.

Des preuves de tels agissements ont également été trouvées parmi les corps découverts dans une fosse commune dans une forêt près de la ville d’Izioum, a encore déclaré le président Zelensky, ajoutant que le travail d’exhumation des morts s’est poursuivi samedi.

La Russie nie avoir ciblé des civils et affirme que les allégations de violations des droits de l’Homme sont une campagne de diffamation. Moscou n’a pas fait de commentaire sur le site d’enterrement collectif d’Izioum, où 450 corps auraient été trouvés.