Guerre en Ukraine: plus de 3000 personnes évacuées de la région de Marioupol (DIRECT)

Au 37e jour de l’invasion de l’Ukraine décidée par Moscou, les forces russes desserrent leur étau sur Kiev et se regroupent pour se concentrer sur l’Est du pays, où elles feront face à une armée ukrainienne aguerrie, ce qui laisse présager un conflit « prolongé », qui pourrait durer des mois, a prévenu le Pentagone. Dans le sud-est, Marioupol reste disputée par les deux camps, et la situation humanitaire y est catastrophique. Les évacuations de civils, impossibles pendant des semaines, se font désormais, progressivement.

Les dernières informations en direct :

6h39: Pékin assure ne pas contourner les sanctions occidentales

La Chine ne contourne pas « délibérément » les sanctions occidentales contre la Russie, a assuré samedi Pékin, au lendemain d’un avertissement de l’UE que tout soutien à Moscou nuira à ses relations économiques avec l’Europe.

Proche partenaire de Moscou, Pékin s’est jusqu’à présent gardé de condamner l’invasion russe, se contentant d’appeler l’ensemble des parties à la retenue. Les Occidentaux pressent le géant asiatique de manifester clairement son opposition à l’offensive du Kremlin.

Vendredi lors d’un entretien avec les dirigeants chinois, l’UE a prévenu que tout soutien à Moscou pour contourner les sanctions occidentales nuira aux relations économiques de Pékin avec l’Europe, son premier partenaire commercial. « Nous ne faisons rien pour délibérément contourner les sanctions imposées à la Russie », a indiqué samedi le responsable des affaires européennes auprès de la diplomatie chinoise, Wang Lutong.

Pékin s’oppose aux sanctions contre la Russie et les juge contreproductives pour résoudre la situation en Ukraine. Les entreprises chinoises font cependant preuve de prudence dans leurs échanges avec la Russie, de peur d’être frappées par ricochet par ces sanctions.

« La Chine n’est pas partie prenante à la crise ukrainienne […] Par conséquent, nos échanges commerciaux avec Moscou ne devraient pas être visés » par des sanctions, a estimé M. Wang, interrogé par la presse au lendemain d’un sommet Chine-UE.

Alors que le pouvoir communiste défend son amitié « solide comme un roc » avec Moscou, l’UE veut dissuader la Chine de soutenir activement la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine, en augmentant ses achats d’hydrocarbures ou par une aide financière.

Un tel soutien « ternirait gravement la réputation de la Chine en Europe », où les entreprises « regardent comment les pays se positionnent », a observé vendredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, après un entretien en visioconférence avec le président chinois Xi Jinping.

« Nous espérons que la Chine prend en considération l’importance de son image internationale et de sa relation économique avec l’UE », a renchéri Charles Michel, président du Conseil européen, qui participait au sommet virtuel.

Pékin a par ailleurs appelé à ne pas « surestimer » son rôle auprès de Moscou pour mettre fin aux hostilités en Ukraine. « Dire aux Russes +vous devez arrêter cette guerre et les Russes arrêteront+: ça ne marche pas comme ça », a jugé M. Wang, arguant que l’invasion de l’Ukraine est une « décision indépendante prise par la Russie ».

6h32: des milliers de personnes évacuées de la région de Marioupol

Plus de 3.000 personnes ont fui la région de Marioupol, en bus et voitures privées, ont annoncé les autorités ukrainiennes, alors que la Croix-Rouge, après un premier échec, prépare une nouvelle tentative d’évacuation samedi de la ville portuaire assiégée et dévastée.

Au 37e jour de l’invasion de l’Ukraine décidée par Moscou, les forces russes desserrent leur étau sur Kiev et se regroupent pour se concentrer sur l’Est du pays, où elles feront face à une armée ukrainienne aguerrie, ce qui laisse présager un conflit « prolongé », qui pourrait durer des mois, a prévenu le Pentagone.

Dans le sud-est, Marioupol reste disputée par les deux camps, et la situation humanitaire y est catastrophique. Les évacuations de civils, impossibles pendant des semaines, se font désormais, progressivement.

« Aujourd’hui (vendredi), les couloirs humanitaires ont fonctionné dans trois régions: Donetsk, Lougansk et Zaporojie. Nous avons réussi à sauver 6.266 personnes, dont 3.071 de Marioupol », a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky via une vidéo diffusée dans la nuit de vendredi à samedi.

« 1.431 personnes ont voyagé de Berdiansk et Melitopol par leurs propres moyens vers Zaporojie. 771 d’entre elles venaient de Marioupol », et « 42 bus de la ville de Berdiansk avec des habitants de Marioupol et 12 de Melitopol avec des résidents locaux » étaient en route en soirée vers Zaporojie, pour un total de « plus de 2.500 personnes », a précisé la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk, soulignant que d’autres évacuations étaient « attendues et planifiées » dans la journée de samedi.

Vendredi soir, l’AFP a observé une trentaine de bus d’évacuation entrer dans la ville de Zaporojie, certains d’entre eux transportant des personnes qui avaient fui Marioupol par leurs propres moyens, puis avaient été emmenées en bus vers le territoire contrôlé par l’Ukraine.

« J’en pleure, je viens juste de voir ma petite-fille », a dit Olga, une Ukrainienne qui attendait au centre organisé à Zaporojie pour les familles de déplacés.

« La famille de sa mère est toujours à Marioupol et nous ne savons pas s’ils sont en vie », a-t-elle ajouté. « Il n’y a pas de mots pour dire combien je suis heureuse de la voir en sécurité ».

4h34: L’Ukraine tient toujours son espace aérien, assurent les forces aériennes

L’armée de l’air ukrainienne a toujours la suprématie sur son espace aérien, a assuré le lieutenant-général Mykola Oleshchuk vendredi soir. « L’ennemi ne contrôle ni n’a contrôlé le ciel ukrainien », a-t-il indiqué dans une déclaration publiée sur Facebook, sans que cette assertion n’ait pu être vérifiée de manière indépendante.

En attaquant l’Ukraine dès le 24 février, les forces russes ont tenté d’éliminer les forces aériennes ukrainiennes, sans succès, a-t-il ajouté, précisant que les Russes ont plus envoyé de roquettes qu’ils n’ont opéré avec des bombardements et des avions.

M. Oleshchuk a demandé aux pays alliés qu’ils fournissent plus d’armes modernes, en ce compris des avions de combat et des systèmes de défense aérienne de moyenne et longue portée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a, depuis le début de la guerre, régulièrement demandé à l’Otan d’établir une zone d’exclusion aérienne sur son pays, ce que l’alliance refuse pour ne pas risquer des combats entre ses appareils et ceux de la Russie.

3h37: Le Pentagone annonce jusqu’à 300 millions de dollars supplémentaires d’aide à l’Ukraine

Le Pentagone va fournir jusqu’à 300 millions de dollars supplémentaires d’aide militaire à l’Ukraine, a annoncé le porte-parole du ministère américain de la Défense dans un communiqué vendredi. « Les Etats-Unis ont désormais engagé plus de 2,3 milliards de dollars d’aide militaire à l’Ukraine depuis la prise de fonction de l’administration Biden, dont plus de 1,6 milliard d’aide militaire depuis l’invasion non-provoquée et préméditée de la part de la Russie », précise John Kirby.

Le nouveau paquet d’aide comprend des systèmes de missiles guidés par laser, des drones « kamikazes » Switchblade, ainsi que des drones légers de type Puma.

« Cette décision souligne l’engagement sans faille des Etats-Unis envers la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, en soutien à sa campagne héroïque pour repousser la guerre décidée par la Russie », a souligné le porte-parole John Kirby dans son communiqué.

Le président américain Joe Biden avait discuté mercredi avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de capacités militaires « supplémentaires » nécessaires pour aider l’armée ukrainienne à « défendre son pays », selon la Maison Blanche.

Les deux hommes avaient, lors d’un appel de 55 minutes, « évoqué la manière dont les Etats-Unis travaillent jour et nuit pour répondre aux principales demandes faites par l’Ukraine en matière d’aide sécuritaire », précisait un communiqué de l’exécutif américain.