Guerre en Ukraine: Moscou signifie à la France le caractère « inacceptable » des livraisons d’armes à l’Ukraine

« L’accent a été mis sur le caractère inacceptable de la poursuite du gavage de l’Ukraine avec des armes occidentales, dont françaises », a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, après qu’un vice-ministre, Alexandre Grouchko, a reçu l’ambassadeur français, Pierre Lévy.

Il a accusé les forces ukrainiennes d’utiliser ces armes occidentales pour « bombarder des installations civiles et des infrastructures, notamment la centrale nucléaire de Zaporijjia », la plus grande d’Europe, occupée par les forces russes.

M. Grouchko a également insisté sur « la nécessité de lever les sanctions illégales contre les producteurs russes de céréales et d’engrais et de supprimer tous les obstacles à l’approvisionnement des marchés des pays en développement afin d’éviter de graves conséquences humanitaires ».

Ces propos font écho à ceux du président russe Vladimir Poutine, qui a accusé mercredi l’Union européenne (UE) de bloquer le don de 300.000 tonnes d’engrais russes aux pays qui en ont le plus besoin.

Kiev va recevoir des chars slovènes après un « échange » entre Berlin et Ljubljana

L’Ukraine, en pleine contre-offensive contre la Russie, va recevoir 28 chars de combat de Slovénie, laquelle va en échange se faire livrer par l’Allemagne du matériel militaire, dont 40 camions, a annoncé mardi le gouvernement allemand. Les autorités slovènes « cèdent 28 chars de combat de conception soviétique et nous fournissons des camions militaires modernes », a annoncé dans un communiqué la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

« Ensemble, nous complétons ainsi les livraisons directes d’armes à l’Ukraine afin de la soutenir dans sa lutte défensive courageuse contre l’agression russe », salue-t-elle.

Les chars d’assaut slovènes sont de type M 55 S, une version très modernisée du tank soviétique T-55 et « sont équipés d’un système d’armement de pointe », selon Mme Lambrecht.

En compensation, l’Allemagne « fournit 40 camions militaires (15t), 35 plateaux et cinq réservoirs de carburant provenant de stocks industriels », ajoute la ministre.

L’Allemagne, régulièrement critiquée par Kiev pour la supposée timidité de son soutien militaire, privilégie ce type d’échange dit « circulaire », qui lui permet de ne pas envoyer directement d’armement offensif de fabrication occidentale à Kiev.

Berlin a déjà conclu ce type d’accord de livraison avec la Grèce, la République tchèque ou encore la Slovaquie.