Guerre en Ukraine: la « nouvelle stratégie » de Poutine pour faire basculer le conflit

La Russie se livre depuis une semaine à de nouvelles frappes « massives » en Ukraine. Épargnée pendant plusieurs mois, la capitale du pays a à nouveau été la cible de tirs, faisant plusieurs morts et de nombreux blessés. Ce lundi 17 octobre, ce sont des « infrastructures énergétiques » de Kiev, Dnipropetrovsk et Soumy, qui ont été visées par les forces russes provoquant d’importantes coupures de courant . « Des centaines de localités sont sans électricité », a déclaré le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal.

Pour l’ancien colonel de l’armée belge Roger Housen , ces nouvelles attaques s’inscrivent dans la « nouvelle stratégie » du Kremlin, en réponse à la contre-offensive ukrainienne. En s’attaquant à désormais à des infrastructures énergétiques ou encore économiques, « la Russie envoie un double signal: elle montre aux citoyens ukrainiens qu’elle peut rendre leur vie misérable et elle prouve au gouvernement ukrainien que la Russie a encore beaucoup de ressources pour nuire au pays », détaille le spécialiste de la Défense auprès de la VRT.

Vers un basculement ?

Vladimir Poutine espérerait ainsi miner le moral des troupes, en « instaurant un climat de terreur » comme l’affirmait Nicolas Gosset à nos confrères de la DH . Si les huit mois de conflit n’ont jusqu’à présent pas eu raison de la détermination des soldats ukrainiens, M. Housen estime que l’on pourrait assister à un basculement dans les mois à venir. Un tel changement pourrait survenir « au moment où il commencera à faire vraiment froid, où la nourriture deviendra de plus en plus rare, où les gens n’auront plus de revenus en raison de la destruction des infrastructures économiques et où les choses deviendront vraiment catastrophiques », selon l’expert.

Il faut donc s’attendre à ce que le Kremlin poursuive sans relâche ses frappes massives dans les prochaines semaines, voire mois. « L’escalade n’est qu’en cours depuis une bonne semaine. Les Russes vont continuer à taper sur ce clou », prédit M. Housen sur la VRT.