Guerre en Ukraine: Kiev menace de démanteler un pont reliant la Russie continentale à la Crimée

« Ce pont est une structure illégale et l’Ukraine n’a pas donné sa permission pour sa construction. Il porte préjudice à l’écologie de la péninsule et doit donc être démantelé. Peu importe comment: volontairement ou non », a écrit sur Telegram le conseiller de la présidence ukrainienne Mikhaïlo Podoliak.

Le pont de Kertch, qui avait été inauguré par le président russe Vladimir Poutine en mai 2018, a représenté un chantier colossal de deux ans coûteux pour bâtir les 19 kilomètres reliant la Russie continentale à la Crimée et désenclaver la péninsule quatre ans après son annexion par Moscou.

Cette menace voilée de M. Podoliak intervient après une série d’explosions survenues en Crimée, que la Russie utilise comme base arrière logistique pour son invasion de l’Ukraine lancée le 24 février.

Mardi, une attaque a visé un dépôt de munition sur une base militaire située près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, Moscou évoquant un « acte de sabotage » sans pour autant en désigner les responsables.

Une semaine auparavant, des explosions étaient survenues sur l’aérodrome militaire russe de Saki, dans l’ouest de la péninsule, faisant un mort et plusieurs blessés.

Si l’Ukraine n’a pas reconnu sa responsabilité dans ces attaques, ses responsables n’ont pas manqué d’ironiser en suggérant que ces incidents étaient dus à des cigarettes mal éteintes ou à un piètre respect des normes anti-incendies.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait lui assuré que Kiev « n’abandonnera jamais » son intention de reprendre la Crimée à la Russie.