Guerre en Ukraine : France, Allemagne, Italie et Roumanie veulent un statut de candidat « immédiat » pour l’Ukraine dans l’UE

« Tous les quatre nous soutenons le statut de candidat immédiat à l’adhésion », a déclaré M. Macron, à l’issue d’entretiens avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, accompagné du chancelier allemand Olaf Scholz, du chef du gouvernement italien Mario Draghi et du président roumain Klaus Iohannis.

« Ce statut sera assorti d’une feuille de route et impliquera aussi que soit prise en compte la situation des Balkans et du voisinage, en particulier de la Moldavie », a-t-il ajouté, lors de ce point presse organisé dans les jardins du palais présidentiel ukrainien.

Le chef du gouvernement italien a confirmé cette position. L’Italie « veut l’Ukraine dans l’Union européenne », a déclaré Mario Draghi, « elle veut que l’Ukraine ait le statut de candidat et soutiendra cette position lors du prochain Conseil européen », a-t-il ajouté.

Mais il a laissé entendre que le chemin pourrait être long avant une adhésion. « Le chemin de candidat à membre (de l’UE) est un chemin, et non un point » fixe, a-t-il souligné.

Emmanuel Macron a de son côté de nouveau assuré à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky : « L’Europe est à vos côtés, elle le restera autant qu’il faudra ».

Les dirigeants européens doivent décider lors d’un sommet les 23 et 24 juin de l’octroi de ce statut de candidat à l’adhésion, première étape d’un processus de négociations qui peut durer des années. La Commission doit faire connaître sa recommandation vendredi.

Concernant les livraisons d’armes lourdes que l’Ukraine réclame depuis des semaines pour résister à l’offensive russe dans le Donbass, Emmanuel Macron a aussi annoncé que la France allait livrer à l’Ukraine « six Caesar additionnels », ces canons automoteurs réputés pour leur précision et leur mobilité.

« Au-delà des 12 Caesar déjà livrés, j’ai pris la décision de livrer six Caesar additionnels », a-t-il indiqué à l’issue des entretiens avec M. Zelensky.

L’Ukraine « prête à travailler » pour devenir « membre de plein droit » de l’UE

L’Ukraine est « prête » à travailler pour devenir « membre de plein droit » de l’Union européenne, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d’une conférence de presse à Kiev aux côtés de ses homologues allemand, français, italien et roumain.

« Les Ukrainiens ont déjà mérité le droit de se mettre sur cette voie et d’obtenir le statut de candidat » à une adhésion, a ajouté M. Zelensky après s’être entretenu avec MM. Scholz, Macron, Draghi et Iohannis.

L’Union européenne doit décider la semaine prochaine d’accorder ou non à l’Ukraine ce statut de candidat, première étape d’un processus de négociations qui peut durer des années. La Commission doit faire connaître sa recommandation vendredi.

Selon M. Zelensky, vêtu de son habituel t-shirt kaki, donner le statut de candidat à l’UE pour l’Ukraine « peut renforcer de façon historique la liberté en Europe ».

Le président ukrainien a de nouveau réclamé à ses alliés européens « de nouvelles livraisons, avant tout des armes lourdes, de l’artillerie réactive moderne (et) des systèmes de défense antiaériens » pour faire face à la progression de l’armée russe dans le Donbass (est).

« Chaque jour qui passe de décisions retardées ou ajournées (sur les livraisons d’armes) correspond à la possibilité pour les militaires russes de tuer les Ukrainiens ou de détuire nos villes », a-t-il indiqué face à la presse.