Guerre en Ukraine: Berlin a tranché et va fournir des chars de combat Leopard à Kiev

Les Etats-Unis pourraient de leur côté accepter de livrer des chars Abrams, affirme de son côté le Wall Street Journal.

Le chancelier Olaf Scholz devrait donner son feu vert, probablement mercredi, à l’envoi de chars allemand Leopard 2 de type 2A6, affirme le Spiegel sur son site internet, sans citer de source. Il s’agit d' »au moins une compagnie », soit une dizaine de chars lourds au moins, ajoute ce média.

La chaîne d’information NTV, qui cite des sources proches du gouvernement, indique elle aussi que le chancelier allemand, sous pression depuis plusieurs semaines pour donner son accord, s’apprête à l’annoncer.

Interrogé par l’AFP, l’entourage du chancelier social-démocrate n’a pas souhaité faire de commentaire mardi soir.

Le dirigeant allemand, qui doit s’exprimer mercredi à 12H00 GMT devant le Bundestag, la chambre basse du parlement allemand, donnerait aussi son accord aux pays, dont la Pologne, qui souhaitent livrer des chars Leopard 2 à Kiev, selon ces médias.

Le char lourd Leopard 2, dont l’Ukraine réclame la livraison depuis des mois à l’Allemagne et aux Occidentaux, est une arme de renommée mondiale, susceptible d’avoir un impact « significatif » sur le champ de bataille, selon les experts.

Conçu par le fabricant allemand Krauss-Maffei et construit en série à partir de la fin des années 1970 pour remplacer les chars américains M48 Patton puis le char Leopard 1, le Leopard 2 combine puissance de feu, mobilité et protection.

A Berlin, le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius avait déclaré mercredi matin avoir « expressément encouragé les pays partenaires qui ont des chars Leopard prêts à être déployés à entraîner les forces ukrainiennes sur ces chars ».

Jusqu’ici, la Finlande et la Pologne se sont dites prêtes à le faire. Varsovie, qui veut créer une « coalition de pays soutenant l’Ukraine avec des chars Leopard 2 », a officiellement envoyé une requête en ce sens, dont la réception a été confirmée mardi par Berlin.

« Nous allons traiter la demande avec l’urgence requise conformément à la procédure prévue », a assuré mardi un porte-parole du gouvernement allemand.