Gérald Darmanin réagit aux propos polémiques de Gims: « Ce n’est pas une bonne preuve d’assimilation à la société française »

En tout début d’année 2022, alors que de nombreux fans lui souhaitaient une bonne année – ou lui avaient souhaité Joyeux Noël quelques jours plus tôt -, Gims a fait passer un message qui avait fait polémique sur son compte Instagram.

« S’il vous plaît avec les “bonne année”, “Nouvel An”, laissez-moi, vous savez bien que je n’ai jamais répondu à ça, et vous continuez à m’en envoyer jusqu’en janvier, février. En plus, les muslims, on a la même conviction, arrêtez avec cela. Ce sont des muslims qui m’envoient ça, la plupart du temps. Les frères, ne faites pas ça », avait-il lâché.

Mais récemment, celui qui a la nationalité congolaise avait fait son mea culpa en s’adressant au Journal du Dimanche. « Cette vidéo, je la regrette totalement (…) Je ne voulais pas blesser les gens. La foi, ça relève de l’intime », a-t-il dit, lui qui a également confié qu’il souhaitait redemander la nationalité française, qui lui a déjà été refusée par le passé.

Mais à en croire Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, il y a peu de chance que cette faveur lui soit accordée. « Les services de l’Intérieur vont réétudier évidemment sa demande », a expliqué Darmanin sur France Inter. « Je ne vais pas rentrer dans les cas particuliers mais on a déjà refusé la nationalité française à ce monsieur. Je veux dire qu’il y a un article très simple du code civil, l’article 21-24. Nul ne peut être naturalisé s’il ne justifie de son assimilation à la communauté française. De manière générale, les tenants de l’islam rigoriste ne sont pas une bonne preuve de l’assimilation à la communauté française », a-t-il confié.

Avant de poursuivre: « Les services du ministère de l’Intérieur vont réétudier sa demande puisqu’on le fera évidemment, mais ne pas souhaiter bonne année parce que ce ne serait pas conforme à ce qu’auraient fait les amis, les frères de tel ou tel personnage, aussi sacré soit-il, ce n’est pas une bonne preuve d’assimilation à la société française »