Fusillade à Oslo: la police enquête sur « un acte terroriste », la marche des fiertés LGBT annulée

La police norvégienne a ouvert samedi une enquête pour « acte terroriste » après des tirs mortels près de bars du centre d’Oslo dans la nuit, faisant annuler une marche des Fiertés LGBT prévue dans la journée.

L’auteur présumé de la fusillade qui a fait deux morts et 21 blessés, dont dix graves, est un Norvégien d’origine iranienne de 42 ans connu des services de renseignement intérieur, également chargés de l’antiterrorisme, selon la police d’Oslo.

« Il est soupçonné d’homicide, tentative d’homicide et acte terroriste », a indiqué un responsable de la police, Christian Hatlo, lors d’une conférence de presse.

Ce dernier chef d’accusation est motivé par « le nombre de blessés et de tués, le nombre de scènes de crime –au moins trois– et (…) il y a de bonnes raisons de croire qu’il avait l’intention de semer la terreur », a-t-il ajouté.

Selon la police, le pronostic vital des blessés n’est pas ou plus engagé.

La fusillade s’est produite aux alentours de 01H00 locale (23H00 GMT vendredi) à l’extérieur d’un pub, Per på hjørnet, où les deux morts seraient à déplorer, selon les médias locaux.

Elle s’est ensuite poursuivie devant un club gay attenant, le London Pub, en plein centre de la capitale norvégienne, alors bondé en cette chaude nuit d’été.

« Il y a des raisons de croire qu’il s’agit d’un crime de haine », a ajouté M. Hatlo, en évoquant la nature des endroits visés, « en particulier le London Pub ».

La marche des Fiertés LGBT qui devait avoir lieu samedi après-midi à Oslo a été annulée. En signe de solidarité, des drapeaux arc-en-ciel ont été déposés près des lieux de l’attaque.

A la suite de recommandations « claires » de la police, « tous les évènements liés à la Oslo Pride sont annulés », ont écrit les organisateurs de l’événement dans un communiqué.

Les effectifs policiers ont été renforcés dans la capitale pour faire face à d’éventuels autres incidents.

« On estime à ce stade qu’il n’y avait qu’un seul auteur » derrière la fusillade « mais on peut rien dire avec certitude si tôt » dans l’enquête, a précisé l’inspecteur Tore Soldal, lors de la conférence de presse.