France: Macron confirme une 3e dose de vaccin « les plus fragiles » en septembre

Le président français Emmanuel Macron a confirmé jeudi que son gouvernement se préparait à organiser une campagne de rappel vaccinal anti-Covid « à la rentrée » en septembre pour « les plus fragiles et les plus âgés ». « Oui, il faudra vraisemblablement une troisième dose, pas pour tout le monde tout de suite mais en tout cas pour les plus âgés et les plus fragiles (…), à ce stade, mais on apprend à chaque étape », a-t-il expliqué lors d’une nouvelle vidéo tournée en selfie depuis le fort de Brégançon (sud), la résidence d’été des chefs d’Etat français.

Il avait déjà annoncé le 12 juillet le principe d’une campagne de rappel à la rentrée pour les plus vulnérables, comme le font d’autres pays, notamment Israël.

Début août, l’Allemagne a annoncé qu’elle allait proposer dès le 1er septembre l’administration d’une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 aux populations âgées et vulnérables, ainsi qu’aux personnes qui n’ont pas reçu de vaccin à ARN messager, malgré les appels de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Face au gouffre entre pays riches, où les vaccins anti-Covid abondent, et les pays pauvres qui n’ont pu immuniser qu’une faible partie de leur population, l’OMS a réclamé un moratoire « au moins jusqu’à la fin septembre » sur les doses de rappel pour tenter de rétablir un semblant d’équilibre.

Les États-Unis ont d’ores et déjà rejeté cet appel, estimant qu’ils n’avaient « pas besoin » de choisir entre administrer des troisièmes doses à leurs citoyens ou en faire don à des pays pauvres.

En France, le périmètre exact des personnes qui se verront proposer un rappel vaccinal à la rentrée devrait faire l’objet d’un arbitrage « la semaine prochaine », a annoncé mardi le ministère de la Santé. Actuellement, la troisième dose n’est préconisée que pour les personnes immuno-déprimées, telles que celles ayant reçu une greffe.

Un pass sanitaire obligatoire étendu à de nouveaux lieux publics, dont les cafés et restaurants, doit être mis en place d’ici quelques jours. Sous réserve de la validation de la loi par le Conseil constitutionnel, dont le verdict est attendu dans la journée.

Ce pass sanitaire est de plus en plus contesté, avec plus de 200.000 personnes mobilisées à travers le pays le week-end dernier au coeur des vacances d’été.

En France, près de 54% de la population (plus de 67 millions d’habitants) a désormais un schéma vaccinal complet. Parallèlement, le nombre de personnes hospitalisées après avoir été contaminées ne cesse d’augmenter ces derniers jours, conséquence de la forte contagiosité du variant Delta.

Au total, plus de 112.000 personnes sont officiellement décédées du Covid en France depuis le début de l’épidémie.