France: état stationnaire pour le béluga toujours dans l’écluse de la Seine

Le béluga repéré mardi dans la Seine, un fleuve du nord de la France, était dans un état stationnaire lundi matin, a-t-on appris auprès de l’ONG de défense des océans Sea Sheperd. On n’observe « pas de dégradation de son état. Il reste alerte mais ne mange toujours pas », a indiqué à l’AFP la présidente de Sea Sheperd France, Lamya Essemlali.

Le cétacé de quatre mètres de long, habitué des eaux froides et dont la présence dans ce fleuve est exceptionnelle, se trouve toujours dans une écluse à 70 kilomètres au nord-ouest de Paris.

Plusieurs tentatives pour nourrir l’animal, « très amaigri » selon la préfecture locale, ont été faites ces derniers jours mais sans succès pour le moment, amenuisant de jour en jour ses chances de survie.

De plus, un séjour prolongé dans l’eau de l’écluse, chaude et stagnante par rapport à son milieu aquatique habituel, est préjudiciable pour son état de santé.

Parmi les hypothèses imaginables figurent une extraction ou une ouverture de l’écluse avec l’espoir qu’il regagne la Manche.

En mai, c’est une orque qui s’était retrouvée en difficulté dans la Seine. Les opérations pour tenter de sauver le cétacé ont échoué et l’animal est finalement mort de faim.

Selon l’observatoire Pelagis, spécialiste des mammifères marins, le béluga « a une distribution arctique et subarctique. Bien que la population la plus connue se trouve dans l’estuaire du Saint-Laurent (Québec), la plus proche de nos côtes se trouve au Svalbard », un archipel situé au nord de la Norvège, à 3.000 kilomètres de la Seine.

Selon la même source, il s’agit du second béluga connu en France après qu’un pêcheur de l’estuaire de la Loire en avait remonté un dans ses filets en 1948.

En 1966, un autre individu avait remonté le Rhin, dans l’est, jusqu’en Allemagne et en 2018, un béluga avait été observé dans l’estuaire de la Tamise en Angleterre.