« Du jamais-vu »: une triche massive aux examens de médecine émeut au Maroc

Comme l’explique le journal arabophone Assabah, les facultés de médecine marocaines étaient « les dernières forteresses à l’abri de la tricherie ». Mais, ça, c’était avant. En effet, le journal explique qu’une tricherie massive a été constatée lors des derniers examens d’entrée en médecine. Des captures d’écran montrant des échanges de bonnes réponses ont été repérées sur internet, ce qui a permis de se rendre compte de l’étendue de la fraude.

Au Maroc, les cas de triche massive font régulièrement la Une de l’actualité. Lors des dernières épreuves du bac, des enseignants ont même été frappés pour avoir dénoncé des élèves qui trichaient. Chaque année, des centaines de personnes sont arrêtées pour avoir organisé des moyens d’aides à la triche. En 2021, près de 400 personnes avaient été arrêtées. En 2022, il y en a 565.

Jusque-là, les facultés de médecine étaient épargnées, raison pour laquelle l’affaire a fait grand bruit. « Cela n’avait jamais été vu auparavant dans de tels examens », confirme le journal Assabah.

Malgré tout, après la publication de l’information, nombre d’étudiants et de médecins en ont profité pour critiquer la façon dont le secteur était géré. Selon eux, l’ampleur de la triche s’expliquerait par le fait que les examens, identiques dans toutes les écoles, n’ont pas été distribués à la même heure. Autrement dit, certains jeunes avaient carrément les questions avant d’entrer dans la classe. Il n’en fallait pas plus pour pointer le ministère du doigt. D’autant qu’il a récemment baissé le seuil de réussite, réduit le nombre d’années de formation et intégré les étudiants ukrainiens. Le tout « dans la précipitation », dénoncent certains.

Pour l’instant, impossible de savoir si des étudiants seront sanctionnés, ni combien.