Droit à l’IVG aux Etats-Unis: le gouvernement Biden porte plainte contre une loi de l’Idaho

C’est la première action en justice de Washington depuis la volte-face de la Cour suprême des États-Unis sur le droit à l’IVG. Le président démocrate avait dénoncé l’arrêt de la Haute Cour du 24 juin, qui enterrait le droit constitutionnel des Américaines à obtenir une interruption de grossesse, et promis de faire tout son possible pour défendre l’accès aux IVG.

Bien que ses marges de manœuvre soient limitées, son ministre de la Justice Merrick Garland avait mis en place une cellule chargée d’évaluer les lois adoptées dans la foulée de cette décision par les États opposés à l’avortement.

L’Idaho, un État rural et conservateur de l’Ouest américain, avait été parmi les premiers à se doter d’une nouvelle loi, censée entrer en vigueur le 25 août et qui autorise les avortements uniquement pour sauver la vie d’une femme enceinte.

Merrick Garland a demandé à la justice de la bloquer, arguant qu’elle viole une loi fédérale sur les urgences médicales puisqu’elle ne prévoit pas d’exception en cas de « danger grave pour la santé » de la femme enceinte et autorise des poursuites contre les médecins.

Selon lui, la loi fédérale estime que pratiquer un avortement peut être « le traitement nécessaire pour stabiliser une patiente en cas d’urgence médicale ».

Or, depuis l’arrêt de la Cour suprême, « il y a eu de nombreuses informations sur des reports, des délais, voire des refus de soigner des femmes enceintes en situation d’urgence médicale », a-t-il noté.

Les médias américains ont notamment donné l’exemple d’une femme dont la poche des eaux s’était rompue en début de grossesse mais qui avait dû continuer à porter l’embryon non viable jusqu’à un début de septicémie, ou d’autres qui n’avaient pas reçu d’assistance médicale pendant une fausse couche.