Deux journalistes étrangers en mission pour l’ONU arrêtés en Afghanistan

Deux journalistes étrangers en mission pour l’ONU arrêtés en Afghanistan (HCR)

Kaboul, 11 fév 2022 (AFP)

Deux journalistes étrangers en mission pour le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) en Afghanistan ont été arrêtés à Kaboul et sont détenus avec leurs collègues afghans, a annoncé vendredi l’agence des Nations unies.

« Deux journalistes en mission avec le HCR et des ressortissants afghans travaillant avec eux ont été arrêtés à Kaboul. Nous faisons de notre mieux pour résoudre la situation », a twitté l’organisation onusienne, se refusant à tout autre commentaire « vu la nature de la situation ».

Le journaliste indépendant et ancien correspondant de la BBC Andrew North, qui couvre régulièrement l’Afghanistan depuis deux décennies, figure parmi les personnes détenues, selon sa femme Natalia Antelava.

« Andrew était à Kaboul pour travailler pour le HCR et essayait d’aider la population en Afghanistan. Nous sommes très inquiets pour sa sécurité et nous appelons tous ceux qui ont de l’influence à aider pour assurer sa libération », a-t-elle expliqué sur Twitter.

Le gouvernement taliban se penche actuellement sur cette affaire, selon son porte-parole, Zabihullah Mujahid.

« Nous avons reçu des informations à ce propos et nous essayons de confirmer s’ils ont été arrêtés ou non », a-t-il déclaré à l’AFP.

Depuis leur retour au pouvoir en août à la faveur du retrait des troupes américaines, les talibans dispersent la plupart des manifestations d’opposition, ont arrêté certaines voix critiques du régime et ont tabassé ou arrêté plusieurs journalistes.

Quatre militantes féministes ont disparu à Kaboul depuis le début de l’année après avoir participé à des manifestations contre le régime, suscitant l’inquiétude de la communauté internationale. Les talibans nient toute implication dans leur disparition et disent avoir ouvert une enquête.

Deux journalistes d’une chaîne de télévision afghane, Ariana TV, ont également été relâchés début février, après deux jours de détention dans la capitale afghane.