Destitution de Donald Trump: c’est parti pour un débat historique en vue d’une mise en accusation (Mise à jour)

La chambre des représentants a ouvert mercredi un débat historique en vue d’une mise en accusation de Donald Trump, en passe de devenir le troisième président des Etats-Unis renvoyé en procès pour destitution.

Les discussions, qui doivent durer au moins six heures à la chambre basse du Congrès contrôlée par les démocrates, devraient déboucher sur l’adoption des deux articles de mise en accusation (« impeachment ») visant le président républicain: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès. Ces six heures d’échanges seront divisés de manière équitable entre républicains et démocrates et précédés d’une heure de débat pour adopter ces règles en séance plénière. Ce vote, qui va marquer l’Histoire, est attendu au plus tôt en fin d’après-midi.

« Je n’ai rien fait de mal! »

Le président américain Donald Trump aura une place de choix dans les livres d’Histoire. Provocateur, atypique, voire outrancier, l’ancien magnat de l’immobilier américain sera également évoqué comme étant le troisième président des États-Unis à être mis en accusation en vue d’une éventuelle destitution . À l’approche du vote historique, Donald Trump a tenu à réaffirmer son innocence. Il a tenté de se justifier à travers son canal de communication favori, Twitter. Comme à son habitude, il a choisi l’attaque, et des arguments peu crédibles.  » Pouvez-vous imaginer que je vais être destitué aujourd’hui par la gauche radicale, les démocrates qui ne servent à rien, et je n’ai absolument rien fait! Une chose terrible. Lisez la transcription. Cela ne devrait plus jamais arriver à un autre président. Priez pour moi! « 

Dans une lettre de six pages, le président américain avait affirmé que ses droits avaient été niés « depuis le début de cette arnaque d’enquête pour destitution ».

Majoritaires à la chambre basse, les démocrates accusent Donald Trump d’avoir abusé de ses pouvoirs à des fins politiques personnelles en gelant notamment une aide militaire à l’Ukraine pour forcer ce pays à enquêter sur Joe Biden, son potentiel rival pour la présidentielle de 2020.

En cas de mise en accusation mercredi, il reviendra ensuite au Sénat d’organiser le procès du président, probablement en janvier. Le chambre haute se trouvant elle entre les mains des républicains, le milliardaire devrait alors être acquitté .