Des experts russes font part de leur inquiétude concernant la tournure que prend la guerre en Ukraine

Alors que les habitants de Kherson célèbrent encore la libération de leur ville, la réputation de Poutine se dégrade de plus en plus en Russie. S’épargnant l’humiliation d’un accueil glacial, Poutine a préféré ne pas se rendre au sommet du G20 qui vient de se terminer en Indonésie. Cette décision montre à quel point le président russe est isolé sur la scène internationale. Récemment, l’Inde et la Chine ont notamment exprimé leur souhait que la guerre en Ukraine se termine. La Corée du Nord semble également prendre ses distances avec le Kremlin. Cette solitude commence à se faire sentir en Russie et inquiète certains experts russes qui pointent une colère grandissante de la part du peuple russe.

Poutine absent au G20: « Lors d’un sommet, il faut avoir des entretiens et se faire photographier. Là, avec qui allait-il parler ? »

Ces inquiétudes ont fait le sujet principal de la célèbre émission télévisée du propagandiste Vladimir Solovyov. Connu pour ses déclarations extravagantes à l’égard de la guerre en Ukraine, l’animateur russe a tenté de porter le débat sur la façon dont les autorités pouvaient regagner la confiance du peuple à la suite du retrait des troupes russes de plusieurs villes ukrainiennes. Mais l’émission a très vite pris une autre tournure. Le quotidien belge Het Laaste Nieuws révèle ainsi que les invités du talk-show se sont exprimés concernant un éventuel soulèvement du peuple russe. Le professeur Dmitry Evstafiev, de l’université HSE de Moscou, a notamment déclaré que la patience du peuple n’est pas infinie et que le pays doit absolument remporter d’autres succès militaires pour garder la face. « Ne pensons pas que la patience de la société est infinie, tôt ou tard, elle s’épuisera. »

Capture d'écran de l'émission "Russian Media Monitor".
Capture d’écran de l’émission « Russian Media Monitor ». ©You Tube

Le présentateur russe Tigran Keosayan a également fait part de son ressenti sur la situation. « Il y a de l’irritation. Cette irritation et cette colère sont similaires aux sentiments qui se sont manifestés en 1916 et ces sentiments doivent être évités. » S’inquiétant du rôle que peuvent jouer les médias sur le mental de la population russe, il a laissé comprendre que la situation actuelle était comparable à celle qui prévalait en 1916, avant de donner naissance à la révolution bolchevique.

Les autres invités, plus optimistes, ont quant à eux déclaré que la Russie ne devait surtout pas paniquer. L’animateur Vladimir Solovyov a ainsi redirigé le débat sur la stratégie militaire à adopter avant de déclarer que « la Russie doit gagner sa guerre ‘contre l’OTAN’ et que les saboteurs, terroristes, traîtres et déserteurs doivent être exécutés. »