« Démodé », « pas charismatique »: face à Charles III, les jeunes Britanniques plus réservés s’interrogent sur la monarchie

« Démodé », « pas charismatique »: le nouveau roi Charles III est beaucoup moins populaire que sa mère Elizabeth II auprès des jeunes Britanniques, dont certains aimeraient une monarchie plus moderne.

Dans un pub branché de Soho, dans le centre de Londres, le décès de la reine Elizabeth II n’empêche pas la jeune génération de profiter de son samedi soir, même si la nouvelle qui a bousculé jeudi le pays n’est jamais loin.

« Je n’ai vraiment pas hâte d’avoir Charles en roi », lâche au-dessus de la musique Joseph Curran, 28 ans, avant d’ajouter, las: « Mais quelle est l’alternative ? » Moins tendre, Lucie, 29 ans, espère « avec impatience » qu’il sera « le dernier » monarque au Royaume-Uni.

A 73 ans, Charles est devenu jeudi le monarque britannique le plus âgé en début de règne, ce qui n’aide pas avec ses jeunes sujets.

Selon un sondage publié en mai par YouGov, seuls 29% des 18-24 ans estimaient que Charles ferait du bon travail en tant que roi, se montrant ainsi bien plus critiques que toutes les autres tranches d’âge, qui l’estiment en majorité à la hauteur. Cependant, dans un sondage publié mardi après la mort de la reine, Charles a gagné 17 points auprès des jeunes, mais n’en convainc toujours pas la majorité.

Un classement réalisé au deuxième trimestre 2022, montre qu’il est parmi les personnalités royales les moins aimées des millenials. Ceux-ci lui préfèrent largement Kate, 40 ans, et son époux le prince héritier William, qui arrivent en 2e et 3e position, juste après la reine. Charles est à la 12e place.

« Des hauts et des bas »

En cause ? « Dans ses discours, il ne dégage pas la même énergie que la reine », invoque Sam, 21 ans. D’autres jeunes évoquent pêle-mêle une image « controversée » – ravivée par les « accusations de racisme » portées par Meghan Markle, l’épouse du prince Harry, contre la famille royale -, un « manque de charisme » ou encore son côté « démodé ».

« Bien sûr, passé 70 ans, on n’exerce plus le même charme facile que lorsqu’on est dans la trentaine ou quarantaine », temporise l’expert royal Richard Fitzwilliams. « Être jeune et glamour fait une différence », mais impossible de passer directement à la génération suivante, « ça n’est pas comme ça que marche la monarchie », dit-il à l’AFP.

La relation des Britanniques avec Charles « a connu des hauts et des bas », concède-t-il, en grande partie à cause de la fin « désastreuse de son mariage » avec la très populaire Diana et de sa liaison avec Camilla Parker-Bowles à l’époque. Charles a ensuite épousé Camilla en 2005.

Les Britanniques sont cependant sensibles à cette obstination amoureuse: petit à petit, sa côte de popularité remonte. Ces derniers temps, Charles est « énormément respecté pour son travail auprès des associations », ajoute l’expert, « il est peut-être vieux-jeu sur certains points, mais son bilan est remarquable ».

Président ou bienfaiteur de plus de 420 associations, Charles a notamment oeuvré avec sa fondation à aider deux millions de jeunes en difficulté. Mais c’est surtout son engagement écologique de longue date qui parle à la jeunesse. « Sa voix pourrait avoir de vrais effets sur nos politiciens », estime Connor Adams, voyant en Charles un « gentleman », lui qui à 22 ans n’a pas connu les années Diana.

« Not my King »

Cet intérêt commun sera-t-il cependant suffisant pour réconcilier certains jeunes Britanniques avec la monarchie, alors qu’ils sont nettement moins attachés à son maintien que leurs aînés ?

Selon un sondage Yougov de juin, les 18-24 ans étaient aussi nombreux à vouloir un chef d’État élu (31%) qu’à rester dans une monarchie (33%). Avec le décès de la reine jeudi, Internet a vu fleurir des hashtags comme « #NotMyKing » (#PasMonRoi), repris dans plus de 63.000 tweets.

Pour autant, l’idée d’une république est loin de convaincre. « Je suis un fervent défenseur du républicanisme, mais une version britannique serait une catastrophe ! », estime Joseph Curran, espérant plutôt que Charles « réduise le rôle de la monarchie, sur le modèle espagnol ou danois ».

« On doit préserver ce que la reine a travaillé à construire », estime Nick, 32 ans, attaché « aux valeurs » de la monarchie, même si lui aussi souhaite qu’elle « évolue ». Concernant Charles, « je n’étais pas optimiste », confie-t-il, « mais après l’avoir entendu parler ces derniers jours, je le suis un peu plus ! ».

L’avis des jeunes « pourrait changer » face aux « bons débuts » de Charles, estime M. Fitzwilliams, « Attendons de voir la suite, car il a vraiment fait de bons débuts ! ».