« Dédicace à tous les trolls, hypocrites et poltrons »: démission et ultime dérapage sur Twitter pour un député LREM

InternationalPris dans une tumulte médiatique autour d’une attaque sexiste, le député Joachim Son-Forget a pris la décision de quitter La République en Marche.

« Je rends ma carte« . C’est par ces mots que Joachim Son-Forget, désormais ex-député de La République en Marche (LREM) – parti d’Emmanuel Macron – a annoncé claquer la porte. « J’ai été suspendu. Ce n’était pas une lettre d’avertissement. Du coup, après échanges téléphoniques non fructueux, j’ai pris ma décision après l’avoir annoncée au président. Pas de drame mais de la constance« , écrit-il ce samedi sur le réseau social Twitter. Même média social qui lui avait coûté de nombreux dérapages en tous genres. Parmi ceux-ci, des attaques ouvertes envers ses pairs.

Un peu avant minuit jeudi, il avait commencé par un selfie posté par le député avec une peluche de blaireau, où il s’en prenait à ceux, dont ses collègues LREM, qui avaient critiqué ses propos envers Mme Benbassa. »Dédicace spéciale à tous les trolls, collègues hypocrites déversant leur fiel, poltrons cachés dans leur anonymat, et toute ma compassion envers les binaires et les coincés au level 1, le boss de fin étant trop subtil et trop intelligent pour eux« , avait-il légendé. Sur son fil Twitter, on trouve également des publications satyriques où se mélangent sabres lazer et citations de Boris Vian et du rappeur Booba.

Lire aussi: Après une attaque sexiste envers une sénatrice Ecolo, un député LREM se lâche et s’en prend à ses collègues de parti

Une attaque sexiste visant Esther Benbassa, une sénatrice française lui avait en outre coûté une convocation dans deux semaines par le bureau du groupe LREM, comme on peut le lire chez nos confrères de Valeurs actuelles. La victime des propos jugés sexistes s’est par ailleurs réjouie de cette démission sur Twitter. « Le sexisme en politique, ça ne passe plus, ça casse« , a-t-elle écrit.

Une démission certes, mais pas un clap de fin définitif de sa carrière politique, puisque Joachim Son-Forget annonce dans Valeurs actuelles que s’il « regrettait que son parti soit devenu un lieu de copinage« , il n’excluait pas « de constituer une liste aux élections européennes« . Comment compte-t-il tirer son épingle du jeu? Son parti, il le fera connaître « quitte à continuer à utiliser la satire et des méthodes de communication innovantes ».