Darmanin « regrette » mais se défend de misogynie après son échange tendu avec Apolline de Malherbe

« Non mais vous vexez pas, calmez-vous Madame, ça va bien se passer. » Cette phrase de Gérald Darmanin, assenée à la journaliste de BFM TV Apolline de Malherbe, fait couler beaucoup d’encre. Critiqué, le ministre de l’Intérieur a tenu à se défendre après la polémique. « Si j’ai offensé quelqu’un, je le regrette bien volontiers », a-t-il commencé sur le plateau de LCI.

Interrogé par Ruth Elkrief, l’homme politique s’est également défendu d’avoir utilisé un ton misogyne. « ‘Ça va bien se passer’, c’est une expression populaire. Je l’utilise à l’Assemblée Nationale. J’ai répondu sur le même ton (NDLR: qu’Apolline de Malherbe). C’était une interview tendue qui empêchait de parler du fond. Sans doute des deux côtés. On a échangé, on doit se voir la semaine prochaine », a-t-il annoncé.

Pour rappel, la journaliste de BFM TV avait questionné Gérald Darmanin à propos des chiffres en hausse à propos des atteintes aux personnes. Elle avait également demandé si l’exécutif du gouvernement « ne s’était pas réveillé un peu tard » avec l’annonce par Emmanuel Macron d’une loi sur la sécurité intérieure pour les derniers mois de son quinquennat.

Sujet qui avait énervé le ministre qui avait estimé que l’exposé de son interlocutrice était « très rapide et un peu populiste ». Il avait également glissé la phrase polémique. Sur le plateau, Apolline de Malherbe lui avait répondu qu’il s’agissait d’une « offense » plus que d’une « réponse ».