Coronavirus en Allemagne : Peu de donneurs ont des anticorps dans le sang, une seconde vague redoutée

L’ensemble de la population allemande semble avoir eu peu de contacts avec le nouveau coronavirus, selon l’Institut Robert Koch (RKI), qui se base sur le niveau d’anticorps contre le virus présents chez les donneurs de sang.

Seuls 1,3 % des donneurs avaient des anticorps contre le coronavirus dans le sang, selon un bulletin préliminaire du RKI publié en ligne lundi. « Une nouvelle vague d’infections pourrait ainsi avoir lieu si la transmission augmente à nouveau », ont déclaré les auteurs du rapport. La présence d’anticorps dans le sang indique si la personne a été infectée par le nouveau coronavirus. Selon le rapport, 11.695 échantillons de donneurs de sang ont été examinés à partir du mois d’avril. Les résultats ont renforcé la conviction « que la majorité de la population n’a probablement pas encore été en contact avec le virus et est encore susceptible d’être infectée », a déclaré le président du RKI, Lothar Wieler.

Il a toutefois averti que les données n’étaient pas représentatives, puisque seuls les adultes en bonne santé peuvent donner leur sang.

Les résultats des études sur les anticorps des donneurs de sang allemands seront publiés tous les 14 jours jusqu’à la fin du mois de septembre.