Comment un agriculteur belge a agrandi la Belgique de deux mètres… au détriment de la France


Depuis la signature du Traité de Courtrai en 1820, la frontière de 620 km entre la France et la Belgique est délimitée par des bornes en pierre. Récemment, trois passionnés d’histoire ont remarqué que l’une d’entre elles avaient été déplacées à Erquelinnes, ville limitrophe de Bousignies-sur-Roc, une commune française.

« J’ai immédiatement eu l’impression que la borne avait été déplacée. Le propriétaire des lieux nous a expliqué que c’était effectivement le cas sur plus de deux mètres« , a expliqué Jean-Pierre Chopin, l’un des spécialiste, à La Voix du Nord. En effet, un agriculteur belge a déplacé de deux mètre l’une des bornes en pierre, pesant plus de 150 kg, certainement afin de faciliter le passage de son tracteur dans son champ. Avec cette manoeuvre, la superficie de la Belgique a été augmentée au détriment de la France. « C’est une certitude, l’emplacement de la borne ne correspond plus aux données que nous avons”, a péxisé Aurélie Welonek, la maire de la commune française.

Néanmoins, on n’agrandit pas aussi facilement un pays. Dès lors, le bourgmestre d’Erquelinnes, David Lavaux, a demandé à l’agriculteur de remettre la borne à sa place, sans quoi le ministères des Affaires Etrangères pourrait se mêler de l’affaire. Pas d’incident diplomatique en vue donc, le maire de la commune française a même accueilli cette nouvelle sur le ton de l’humour. « Nous devrions être en mesure d’éviter une nouvelle guerre des frontières« , a-t-il expliqué.