Comment des mercenaires de Poutine recrutent dans les prisons russes pour envoyer des hommes au front

Depuis plusieurs jours, une vidéo tournée dans une prison russe fait le tour des réseaux sociaux. Dans celle-ci, on peut y voir un homme habillé en vert s’adresser à des détenus au milieu de la cour d’une prison. Selon les premières informations, il s’agirait de Evgueni Prigojine soupçonné depuis plusieurs années d’être à la tête du groupe de mercenaires Wagner. L’organisation a été baptisée ainsi en référence au compositeur préféré d’Hitler.

« Seuls Dieu et Allah vous feront sortir de prison. Moi, je vous en fais sortir vivant. Mais tous ne reviendront pas. Alors, les gars, des questions?« , lance-t-il avant de poursuivre. « Pour les autres, ceux qui une fois en Ukraine disent qu’ils se sont trompés, on les reconnaît comme déserteurs. Dans ce cas, vous êtes envoyés au peloton d’exécution. Pas d’alcool, pas de drogue. Pas de pillage, y compris de contacts sexuels avec les femmes locales… ni avec la flore, la faune, des hommes ou avec quoi que ce soit. Nous faisons particulièrement attention aux condamnés pour trafic de drogue, surtout s’ils ont une addiction. En cas de doute, on vous soumettra au détecteur de mensonges pour déterminer si vous êtres stables. Nous faisons aussi très attention à ceux qui purgent une peine pour abus sexuels. Mais nous savons qu’on peut faire des erreurs« , avance-t-il encore.

Ce n’est pas la première fois qu’un tel type de recrutement se fait dans les prisons russes. Néanmoins, la vidéo prend ici un tout autre écho en raison de la récente défaite des soldats russes dans la région de Kharkiv, au nord-est de l’Ukraine, où, selon les services de renseignements américains, l’armée russes déploreraient 80.000 combattants tués ou blessés.