« C’est fini, je veux qu’on me laisse tranquille »: Nicolas Hulot réagit après le classement sans suite de l’enquête pour viol à son encontre

Lundi, le parquet de Paris a annoncé que l’enquête pour viol et agression sexuelle sur mineur visant l’ex-animateur de télévision et ancien ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a été classée sans suite pour prescription de l’action publique.

Ce mardi, le quotidien « Le Parisien » annonce que ses journalistes ont tenté d’interroger Nicolas Hulot à ce propos en se rendant dans la commune de Saint-Lunaire en Ille-et-Vilaine: « On finit par croiser Nicolas Hulot en bas de chez lui. Tee-shirt de surf usé, tongs et jean délavé, il nous demande de le laisser tranquille. ‘Je ne veux plus apparaître. C’est fini. Je veux qu’on me laisse tranquille. Je ne souhaite pas à mon pire ennemi le quart de ce que j’ai vécu’, enjoint-il, regard noir et poings serrés », écrit le média parisien.

L’enquête avait été ouverte le 26 novembre 2021 après la diffusion d’un documentaire dans Envoyé spécial, dans lequel six femmes accusaient M. Hulot de violences sexuelles qui auraient eu lieu entre 1989 et 2001.