Canada et USA inquiets avec la chloroquine: « Dans les cas les plus graves, les effets sur le rythme cardiaque peuvent être mortels »

Les autorités sanitaires canadiennes et américaines ont mis en garde contre l’utilisation sans contrôle des médicaments antipaludéens chloroquine et hydroxychloroquine pour prévenir une infection au nouveau coronavirus ou la traiter.

« La chloroquine et l’hydroxychloroquine peuvent entrainer de graves effets secondaires. Ces médicaments doivent être utilisés seulement sous la supervision d’un médecin », a averti l’agence de la santé publique du Canada, dans une mise à jour publiée samedi. L’Agence américaine de l’Alimentation et du Médicament (FDA) avait émis la veille un avertissement similaire sur ces médicaments dont l’usage a notamment été prôné par le président Donald Trump. L’agence américaine a mis en garde contre l’usage de ces produits « en dehors d’un milieu hospitalier ou d’essais cliniques, en raison du risque de troubles du rythme cardiaque ».

La FDA note qu’il n’a pas été prouvé que les deux médicaments sont « sûrs et efficaces pour traiter ou prévenir » la maladie due au coronavirus. Elle a indiqué que ceux-ci font l’objet d’essais cliniques et avoir autorisé temporairement leur utilisation sur des patients hospitalisés, comme mesure d’urgence pendant la pandémie. Santé Canada note de son côté que ces médicaments approuvés pour traiter la malaria et certaines maladies auto-immunes, dont le lupus et la polyarthrite rhumatoïde peuvent « causer des dommages au foie et aux reins, une baisse du taux de sucre dans le sang (hypoglycémie) et des troubles du système nerveux, comme des étourdissements, des évanouissements ou des crises épileptiques ». « Dans les cas les plus graves, les effets sur le rythme cardiaque peuvent être mortels. Les enfants sont particulièrement sensibles à ces médicaments, et même de faibles doses peuvent leur être dangereuses », ajoute l’agence canadienne dans un communiqué. Notant qu’il est essentiel de disposer de « résultats provenant de grandes études bien conçues pour déterminer si les bienfaits de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine l’emportent sur leurs risques dans le traitement » du Covid-19, Santé Canada estime que pour le moment « les données tirées des essais cliniques sont limitées, et les résultats ne permettent pas de montrer de façon concluante que des médicaments précis sont efficaces contre » le Covid-19.