Brésil: Bolsonaro limoge le président de Petrobras après des hausses des prix des carburants

Cette destitution, d’abord annoncée par les médias brésiliens, a été confirmée lundi soir par le ministère des Mines et de l’Energie, qui a proposé l’économiste Adriano Pires, un consultant spécialiste du gaz et du pétrole, pour remplacer M. Silva e Luna à la tête de Petrobras.

Cette nomination devra être confirmée le 13 avril par le conseil d’administration de l’entreprise, a précisé le ministère.

Le ministère a par ailleurs proposé de nommer l’entrepreneur Rodolfo Landim à la tête du conseil d’administration. M. Landim, qui a travaillé chez Petrobras pendant plus de vingt ans, est actuellement président du Flamengo, le club de football le plus populaire du Brésil.

M. Silva e Luna, un général de réserve et ex-ministre de la Défense, avait été nommé en février 2021. Son prédécesseur Roberto Castello Branco, un économiste respecté, avait lui aussi été limogé par M. Bolsonaro, également après des augmentations des prix des carburants.

Petrobras a annoncé début mars une hausse de 18,8% du prix de l’essence et de 24,9% du diésel provenant de ses raffineries, en raison des perturbations causées sur le marché mondial du pétrole par la guerre en Ukraine et les sanctions contre la Russie.

Cette augmentation avait été critiquée par M. Bolsonaro, qui tente de freiner une inflation tenace à sept mois de la présidentielle à laquelle il compte se représenter, mais pour laquelle les sondages le donnent pour le moment perdant face à l’ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

Le chef d’Etat d’extrême droite avait déclaré le 10 mars que la politique de Petrobras consistant à s’aligner sur les cours internationaux du pétrole « ne peut pas continuer ».

Chute de l’action

L’action Petrobras a terminé sur une chute de 2,63% lundi à la Bourse de Sao Paulo.

« Ces changements dans la gestion de l’entreprise ne sont pas bons. C’est le signe qu’il y a un problème quelque part », a commenté Alex Agostini, économiste chez Austin Rating.

« Mais pour le marché cela ne va pas changer grand chose. S’il est confirmé que le nouveau président sera Adriano Pires, un spécialiste du pétrole et du gaz, cela apportera de la stabilité », a-t-il ajouté.

M. Pires est le fondateur et le dirigeant d’un cabinet de consultants spécialisé dans l’énergie, le Centre brésilien des infrastructures. Il a auparavant dirigé l’Agence nationale du pétrole, du gaz naturel et des biocarburants du Brésil.

Dans une interview à CNN début mars, il avait soutenu les hausses de prix pratiquées par Petrobras, les jugeant inévitables.

« Il n’y avait aucun moyen pour que Petrobras n’augmente pas les prix, car l’écart des prix entre les marchés interne et externe était trop grand », avait-il estimé. « Cette différence était en train d’engendrer un risque de pénurie au Brésil. Le pays importe 30% de sa consommation en dérivés du pétrole. Si l’écart est trop grand, plus personne n’importe et les stocks se vident ».

Petrobras, dont l’Etat brésilien est l’actionnaire majoritaire, a terminé l’année 2021 sur un bénéfice net record de près de 20 milliards de dollars.