Bolsonaro demande aux Brésiliens de ne pas donner de « munitions » à cette « canaille » de Lula

Le président brésilien Jair Bolsonaro a demandé samedi aux Brésiliens « épris de liberté » de « ne pas donner de munitions à la canaille » Lula, à propos de l’ex-chef de l’Etat de gauche libéré de prison la veille.

Dans sa première réaction à l’élargissement de Lula, qui dès sa sortie a fustigé durement son gouvernement, Jair Bolsonaro s’en est pris sur Twitter à celui « qui est momentanément libre, mais chargé de culpabilité ».

Lula a été condamné pour corruption et a pu sortir de prison vendredi après 19 mois de détention, au lendemain d’un arrêt de la Cour suprême concernant près de 5.000 prisonniers, au grand dam de la droite.

« Nous sommes majoritaires, les amoureux de la liberté et du bien. Nous ne pouvons pas commettre d’erreurs », a tweeté le président d’extrême droite. « Sans cap ni commandement, les meilleures troupes tirent dans tous les coins, y compris contre leurs amis ».

Jair Bolsonaro a des raisons de s’inquiéter de la libération de Lula qui dès sa sortie de prison a annoncé, le poing levé devant des milliers de partisans en liesse, vouloir « continuer à lutter pour le peuple brésilien ».

« Le peuple a de plus en plus faim, il est au chômage, le peuple travaille pour Uber ou livre des pizzas », a lancé un Lula très combatif.

Samedi, le chef historique de la gauche brésilienne doit rallier son fief près de Sao Paulo (sud-est) et se rendre au syndicat des métallurgistes, pour galvaniser ses propres troupes.