Berlin mettra ses drapeaux en berne à l’occasion des funérailles de Mikhaïl Gorbatchev

Mort mardi soir à l’âge de 91 ans, le dernier grand dirigeant encore en vie de l’époque de la Guerre froide avait joué un rôle décisif dans le processus qui a conduit à la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989.

« Nous tenons à rendre hommage de façon appropriée à notre citoyen d’honneur et à ce qu’il a fait pour le changement politique en RDA », a déclaré la ministre de l’Intérieur de la ville-Etat régional (Land) de Berlin, Iris Spranger.

Mikhaïl Gorbatchev a préparé le terrain à la réunification allemande qui a eu lieu à peine un an après la chute du mur, le 3 octobre 1990, a souligné Mme Spranger.

Des politiques de tous les partis allemands ont exprimé leur gratitude envers l’ex-dirigeant soviétique, certains appelant à baptiser une rue ou une place à Berlin du nom de Gorbatchev.

Le chef du parti conservateur CSU et président de la région de Bavière, Markus Söder, a réclamé une cérémonie commémorative en son honneur. « L’Allemagne lui doit beaucoup, il est l’un des pères de la réunification et il a offert la liberté à des millions de gens », a-t-il dit au quotidien Münchener Merkur à paraître vendredi.

A l’autre bout de l’échiquier politique allemand, Gregor Gysi, ancien responsable du parti de la gauche radicale (Die Linke), a demandé lui aussi une cérémonie en son honneur qui mettrait en exergue les différences entre Gorbatchev et l’actuel président russe Vladimir Poutine.

Ce dernier n’assistera pas aux funérailles samedi de Gorbatchev, dont l’héritage est controversé et source de rancoeur en Russie