« Avec quoi allons-nous appeler ? », « Tout ce que nous avons est occidental »: les effets des sanctions inquiètent des propagandistes russes

Depuis la reconnaissance par la Russie, le 21 février 2022, des zones non contrôlées par le gouvernement des oblasts de Donetsk et de Louhansk en Ukraine et l’invasion injustifiée de l’Ukraine le 24 février 2022, l’Union européenne a pris des sanctions économiques contre la Russie. Ces mesures se sont ajoutées à celles qui avaient déjà été prises en 2014 à la suite de l’annexion de la Crimée et de l’absence de mise en œuvre des accords de Minsk.

« Des sanctions inédites ont été imposées à notre pays. Mais leur objectif principal n’a pas été atteint par leurs initiateurs. Ils n’ont pas réussi à saper notre stabilité financière« , avait déclaré M. Michoustine lors du Forum financier de Moscou, en septembre 2022. Pourtant, il s’avère que la Russie est plus touchée qu’elle ne le laisse paraître. Des économistes ont en effet affirmé que la Russie connaît actuellement une forte récession, après une baisse de 4 % du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre. Ses importations ont également beaucoup chuté.

Moscou estime que les sanctions « n’ont pas réussi à saper la stabilité financière » russe

Le quotidien Het Laatste Nieuws révèle que lors d’un talk-show de la télévision d’État, certains propagandistes de Poutine ont laissé transparaître leurs inquiétudes au sujet des conséquences des sanctions occidentales. « Le train russe à grande vitesse Sapsan (un modèle fabriqué par l’allemand Siemens) ne roulera plus », prédit un propagandiste. « Avec quoi allons-nous conduire ? Avec quoi allons-nous appeler ? Qu’allons-nous faire ? Est-ce qu’on s’est occupé de ça ? », se demande un autre. « Supposons que nous attaquions les responsables en justice… Mais ça ne nous donnera pas un autre Sapsan. Ou un avion. Tout ce que nous avons est occidental. Nous pouvons tout nationaliser maintenant, mais que ferons-nous le jour suivant ? C’est une question simple, sans réponse satisfaisante. »

Les propagandistes de Poutine remarquent soudain les effets des sanctions : "Tout ce que nous avons est occidental".
Les propagandistes de Poutine remarquent soudain les effets des sanctions : « Tout ce que nous avons est occidental ». ©Capture d’écran

En août 2022, une étude menée par les analystes de l’École de management de Yale affirmait déjà que « les départs des entreprises et les sanctions paralysent l’économie russe, à court et à long terme ». Les experts dénonçaient notamment les statistiques sélectionnées par Vladimir Poutine et son discours vantant la résilience de l’économie russe. L’analyse confirmait en effet que les sanctions établies « dissuadent de nombreuses entreprises et pays de continuer à commercer avec la Russie » avant d’ajouter que le pays allait rencontrer des difficultés pour « se fournir en pièces détachées et matières premières, ou à obtenir certaines technologies essentielles. » Une affirmation qui semble donc confirmée par les inquiétudes des propagandistes.