Au Canada, le pape en mission réconciliation auprès des autochtones

Le souverain pontife de 85 ans est arrivé dimanche à Edmonton (Alberta) pour une visite de six jours dans le pays, attendue depuis des années par ces peuples amérindiens regroupant les Premières nations, les Métis et les Inuits.

Au coeur de ce « pèlerinage pénitentiel », le douloureux chapitre des « écoles résidentielles » pour enfants autochtones, un système d’assimilation culturelle qui a fait au moins 6.000 morts entre la fin du XIXe siècle et les années 1990 et créé un traumatisme sur plusieurs générations.

Le gouvernement canadien, qui a versé des milliards de dollars en réparation à d’anciens élèves, s’est officiellement excusé il y a 14 ans pour avoir créé ces écoles mises sur pied pour « tuer l’indien dans le coeur de l’enfant ».

Et l’Eglise anglicane avait ensuite fait de même. Mais l’Eglise catholique, en charge de plus de 60% de ces pensionnats, a toujours refusé de le faire jusqu’ici.

En avril, tout a changé avec les excuses du pape François qui avait promis de venir au Canada. Des milliers d’autochtones attendent maintenant des excuses sur leurs terres.

François se rendra à 10H00 (16H00 GMT) à Maskwacis, une réserve autochtone à une centaine de km au sud d’Edmonton, où se trouve l’ancien pensionnat d’Ermineskin, l’un des plus grands du Canada, ouvert de 1895 à 1975.

Après une prière silencieuse dans le cimetière, il prononcera son premier discours, en espagnol, devant des milliers de personnes, dont d’anciens élèves de pensionnats. Une aide psychologique sera proposée aux participants, venus des quatre coins du pays.

Le pape se rendra ensuite à 16H30 (22H30 GMT) à l’église du Sacré-Coeur des Premiers Peuples d’Edmonton, l’une des plus anciennes de la ville, reconstruite après un incendie en 2020. Il y prononcera un deuxième discours devant les communautés indigènes.

« Parcours de guérison »

« J’espère que cette visite est le début d’un changement dans l’histoire et une façon pour nous de commencer notre parcours de guérison », a déclaré George Arcand Jr., grand chef de la Confédération des Premières Nations du Traité n. 6, à la télévision publique canadienne.

En avril, le Saint Père avait pour la première fois présenté ses excuses au Vatican pour le rôle joué par l’Eglise dans les 130 pensionnats du pays, fustigeant la « colonisation idéologique » et l' »action d’assimilation » dont « tant d’enfants ont été victimes ».

Quelque 150.000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans ces écoles, où ils étaient coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture et souvent victimes de violences physiques, psychologiques et sexuelles.

Petit à petit, le Canada ouvre les yeux sur ce passé qualifié de « génocide culturel » par une commission d’enquête nationale: la découverte de plus de 1.300 sépultures anonymes en 2021 près de ces pensionnats a créé une onde de choc.

Attendue de longue date, la visite papale suscite donc beaucoup d’espoir chez certains survivants et leurs familles. Beaucoup espèrent aussi des gestes symboliques, comme le rapatriement de certains et objets d’art autochtones conservés au Vatican depuis des décennies.

« Pour moi, cela représente beaucoup qu’il soit venu. Je pense qu’à un moment il faut pardonner » même si « on nous a enlevé beaucoup de choses », estime Deborah Greyeyes, habitante d’Edmonton de 71 ans et originaire d’une communauté crie (ces derniers représentent le plus important groupe autochtone du pays).

Mardi, le pape célèbrera une messe au Commonwealth stadium d’Edmonton et se rendra au lac Sainte-Anne, site d’un important pèlerinage annuel. Il rejoindra ensuite Québec mercredi avant une dernière étape vendredi à Iqaluit (Nunavut), ville du grand Nord canadien dans l’archipel arctique.

Toujours affaibli par des douleurs au genou, le jésuite argentin est apparu dimanche en fauteuil roulant mais souriant lors de son arrivée à Edmonton. Son programme a été aménagé pour limiter ses déplacements, selon les organisateurs.