Au Brésil, la situation s’aggrave dans les hôpitaux: « J’essaye de me dire que chaque personne qui meurt nous permet de libérer un lit »


Amérique

Julien Lecot, pour Libération

Abonnés Publié le 18-04-21 à 15h09 – Mis à jour le 18-04-21 à 15h20

Au Brésil, la situation s'aggrave dans les hôpitaux: "J’essaye de me dire que chaque personne qui meurt nous permet de libérer un lit" Au Brésil, la situation s'aggrave dans les hôpitaux: "J’essaye de me dire que chaque personne qui meurt nous permet de libérer un lit"

© AFP

« Lors de la première vague, le plus jeune patient que j’ai eu en réanimation avait 45 ans. A l’heure où je vous parle, on a dix personnes intubées dans notre service. Six ont moins de 50 ans. » Depuis près d’un an, Rubens Gilson travaille comme physiothérapeute dans les unités de soins intensifs Covid de Rio Branco, dans le nord-ouest du Brésil. Pas encore trentenaire, il a dû mettre en pause ses études de médecine un an avant leur terme pour aider le personnel de santé, en manque de main-d’œuvre face à l’afflux de patients.  » Cette deuxième vague est vraiment particulière. On était beaucoup mieux préparés, on avait appris à connaître le virus, et malgré tout on a encore une fois été débordés », lâche-t-il au téléphone, les bips incessants des appareils médicaux en fond sonore.