AstraZeneca dément qu’un « stock » de son vaccin attende en Italie un transport vers le Royaume-Uni

« Treize millions de doses sont en attente d’un contrôle de qualité avant d’être expédiées dans le cadre de Covax », un programme mondial qui vise à offrir gratuitement le vaccin à la population de près de 200 pays défavorisés pour assurer un accès équitable à la vaccination contre le Covid-19, expose l’entreprise anglo-suédoise. Ces doses de vaccin « ont été fabriquées en dehors de l’Union européenne et transportées à l’usine d’Anagni », qui, elle, met en flacons le produit fini. À ces 13 millions s’ajoutent « 16 millions de doses supplémentaires en attente des résultats du contrôle de qualité pour être envoyées en Europe. Près de 10 millions de doses seront livrées aux pays de l’UE durant la dernière semaine de mars. Le reste le sera en avril, lorsque les doses auront été approuvées pour distribution », complète AstraZeneca.

Pour l’entreprise pharmaceutique, il est donc « incorrect » de décrire ces doses comme constituant « un stock ». « Le processus de fabrication des vaccins est très complexe et prend beaucoup de temps. En particulier, les doses de vaccin doivent attendre l’autorisation du contrôle de qualité après le remplissage des flacons. »

Actuellement, les livraisons d’AstraZeneca à l’UE reposent essentiellement sur un site de production belge, et la firme suédo-britannique ne livre à l’UE qu’une portion de ce que le contrat laissait attendre. La bagarre continue entre la Commission européenne et l’entreprise, notamment au sujet des usines britanniques qui sont mentionnées dans le contrat européen mais ne livrent jusqu’ici que le Royaume-Uni.