Arrêté en Syrie, condamné à mort en Irak: Me Alexis Deswaef explique ce qui ne va pas dans le jugement contre son client

Me Alexis Deswaef ne pensait pas qu’un jour il défendrait Bilal al-Marchohi. Son père l’a convaincu. Le djihadiste belge a été condamné à mort à Bagdad, en mars dernier. L’avocat explique pourquoi il mène son combat et ce qui ne va pas dans ce jugement expédié en une heure.

Condamné à mort le 18 mars dernier, après un procès expéditif à Bagdad, Bilal al-Marchohi attend dans sa prison de haute sécurité de Nasiriyah. Sera-t-il pendu ou non ? La Belgique a déjà à trois reprises envoyé une note verbale demandant que la sentence ne soit pas exécutée. Mais les autorités irakiennes n’ont jamais répondu à cette demande, selon les Affaires étrangères.

L’Anversois Bilal al-Marchohi, 23 ans, est l’un des deux Belges condamnés à mort en Irak, avec le Verviétois Tarik Jadaoun. Ils étaient tous les deux membres de l’État islamique. Leur cas est significatif d’un problème que le gouvernement sortant n’a jamais voulu finaliser : que faire des dizaines de djihadistes belges, leurs femmes et enfants, qui ont été capturés par les Forces démocratiques syriennes (FDS), l’alliance arabo-kurde soutenue par les États-Unis ?

(…)