Après le faux plan de sa nièce, Marine Le Pen s’emporte : « Que ceux qui veulent partir partent maintenant ! »

Que « ceux qui veulent partir partent. Mais ils partent maintenant ! ». Au lendemain des déclarations de sa nièce Marion Maréchal qui a dit pencher plutôt du côté d’Eric Zemmour, la candidate du Rassemblement national a mis en garde ceux qui voudraient imiter les eurodéputés RN Jérôme Rivière et Gilbert Collard qui ont déjà « franchi le Rubicon » pour rallier le grand rival.

Rattrapée par l’actualité française à Madrid, où elle participait à une réunion avec ses alliés européens, Mme Le Pen a certes petit-déjeuné avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban mais a surtout été interrogée sur l’eurodéputé RN Nicolas Bay qui, bien que présent en Espagne, a refusé de dire s’il serait à ses côtés jusqu’au premier tour.

L’œil courroucé, elle a assuré ne pas s’adresser à Nicolas Bay en particulier mais jugé « insupportable » d’avoir « des gens qui, aujourd’hui, font semblant d’être ici, alors qu’en réalité, leur cœur ou leur esprit est ailleurs ». « C’est la taqiya qu’ils reprochent eux-mêmes aux islamistes », a-t-elle insisté, en référence au concept dans la religion musulmane recommandant de dissimuler sa croyance en cas de danger.

Lire également >>Michel Barnier: « Macron a tort de vouloir faire le vide entre lui et l’extrême droite »

Mme Le Pen avait jugé vendredi « violent » et « brutal » que sa nièce songe à rejoindre Eric Zemmour, en insistant sur « l’aspect personnel » de leur relation et en assurant être « mieux placée » pour gagner en avril.

La candidate du RN (autour de 17%) est donnée dans les sondages à la deuxième place au premier tour, au coude à coude avec la candidate LR Valérie Pécresse, devant Eric Zemmour (13%).

Mais l’ex-polémiste, qui savoure « une belle semaine », continuait samedi à engranger des soutiens, dont celui de l’ancien dissident du FN (devenu RN) Bruno Mégret, et peut-être en soirée celui d’un des plus vieux partis politiques de France, le CNIP (Centre national des indépendants et paysans).