Angela Merkel annule le sommet européen du 16 novembre : « Je crois que c’est un message nécessaire »

« Dans le contexte de la pandémie, il est clair que nous n’allons pas permettre la tenue du sommet informel, nous devons nous en passer », a-t-elle déclaré à l’issue d’un Conseil européen à Bruxelles.

« Je crois que c’est un message nécessaire », a-t-elle poursuivi lors d’une conférence de presse, alors que les pays européens durcissent les mesures sanitaires pour faire face au rebond de la pandémie.

La réunion des chefs d’Etat et de gouvernement qui s’est tenue à Bruxelles a été marquée par les départs précipités jeudi de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et vendredi de la Première ministre finlandaise Sanna Marin. L’une et l’autre ont quitté la table des discussions après avoir appris qu’elles avaient été en contact avec des personnes positives au Covid-19.

Le chef du gouvernement polonais Mateusz Morawiecki, en quarantaine à la suite d’un contact avec une personne contaminée, était quant à lui absent.

La réunion informelle des dirigeants européens qui devait se tenir le 16 novembre à Berlin devait être consacrée aux relations avec la Chine, mais sans participation de Pékin.

Lors d’une visioconférence le 14 septembre avec le président chinois Xi Jinping, Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et la chancelière allemande Angela Merkel avaient exhorté la Chine à ouvrir davantage son marché aux entreprises européennes pour parvenir à un accord bilatéral sur les investissements avant fin 2020.