Amnesty demande la dépénalisation du sauvetage en mer des migrants : « C’est est un devoir »

« Sauver en mer est un devoir sous la législation internationale », affirme l’experte en politique d’asile de l’ONG, Franziska Vilmar. Le sauvetage de réfugiés doit toujours être à l’abri de punition, ajoute-t-elle.

Près de 200 personnes ont été volontaires sur le Iuventa à divers moments entre juillet 2016 et août 2017, sauvant plus de 14.000 migrants en détresse en haute mer.

La justice italienne a ouvert une enquête sur les membres de l’équipage du Iuventa et de deux autres navires de secours après la saisie. En mars cette année, 21 personnes et trois organisations ont été accusées d’avoir aidé et encouragé l’immigration illégale.

Certaines de ces personnes risquent désormais 20 ans de prison. Amnesty International demande que les poursuites soient abandonnées.