Allemagne: l’ex-chancelier Schröder ne voit aucune raison de se distancer de Poutine

« J’ai condamné la guerre à plusieurs reprises, mais une prise de distance personnelle avec Vladimir Poutine apporterait-elle vraiment quelque chose à quelqu’un? », a demandé M. Schröder, membre du parti social-démocrate d’Allemagne (SPD). « J’ai pris des décisions et je m’y tiendrai, Pourquoi devrais-je donc m’excuser? », a-t-il ajouté.

L’ancien chancelier, qui a été à la tête du gouvernement allemand de 1998 à 2005, a été critiqué à maintes reprises pour ses liens étroits avec Vladimir Poutine et l’industrie pétrolière et gazière russe. M. Schröder a souligné qu’à côté des critiques, il recevait également de nombreux retours positifs sur ses relations avec la Russie. « Beaucoup de gens pensent que c’est bien qu’il y ait encore quelqu’un qui garde ouverts les canaux de discussion avec la Russie dans le conflit actuel », a-t-il affirmé.

Selon ses détracteurs, y compris au sein de son propre parti, M. Schröder ne s’est jusqu’à présent pas suffisamment distancé de Moscou après l’invasion russe de l’Ukraine en février. Il s’était cependant retiré en mai de la compagnie pétrolière russe Rosneft, dont il présidait le conseil d’administration. Dans les prochains jours, un comité au sein du SPD examinera la possibilité d’exclure M. Schröder du parti.