Allemagne: la police veut assoiffer les néonazis

International

Pour empêcher la vente d’alcool en marge de concerts néonazis, la police de Themar, dans le centre de l’Allemagne, a loué pour le week-end une station-service où les militants d’extrême droite risquaient de s’approvisionner. La ville de Themar doit accueillir vendredi et samedi plusieurs centaines de militants de la mouvance néonazie pour des concerts.

La police a décidé de prendre les devants en décidant, cette semaine, de bannir totalement samedi la vente d’alcool, selon le ministre de l’Intérieur du Land de Thuringe, Georg Maier, cité dans les médias allemands.

Elle a aussi loué la station-service située à proximité du site des concerts: « La station-service est le siège de la police et n’est pas accessible pour l’approvisionnement en boissons des néonazis », a expliqué M. Maier (SPD). Vendredi, des bières à faible teneur d’alcool (2,7 degrés) sont tolérées. La décision a reçu l’aval du tribunal administratif de Meiningen.

Ces deux jours de concerts, auxquels avaient assisté en 2017 plusieurs milliers de personnes, dont nombre venaient de l’étranger, vont donner lieu à un important déploiement policier. Plusieurs contre-manifestations sont prévues.

L’arme de la prohibition avait déjà été utilisée pour d’autres concerts de cette mouvance, comme récemment à Ostritz (Saxe). La police y avait confisqué des milliers litres d’alcool. Des habitants avaient même organisé une pénurie en achetant toute la bière vendue dans un supermarché.

La crainte de violences d’extrême droite est revenue en Allemagne au premier plan depuis le meurtre, début juin, d’un élu local pro-migrants dont le principal suspect est un militant néonazi.