Afghanistan : Washington confirme une attaque de roquettes contre l’aéroport de Kaboul

Le président américain Joe Biden a été informé de l’attaque de roquettes à l’aéroport de Kaboul et les évacuations se poursuivent « sans interruption », a annoncé lundi sa porte-parole à la Maison blanche, Jen Psaki. « Le président a été informé que les opérations continuent sans interruption » et « il a reconfirmé aux commandants l’ordre de redoubler d’efforts afin de faire en priorité tout ce qui est nécessaire pour protéger nos forces sur le terrain », a-t-elle ajouté.

De nouveaux tirs de roquettes ont été signalés lundi matin dans la capitale afghane Kaboul. Les journalistes de l’AFP ont entendu plusieurs roquettes voler au-dessus de la ville. Des habitants vivant près de l’aéroport ont déclaré avoir entendu l’activation du système de défense antimissile. Un panache de fumée est également visible à proximité de l’aéroport.

On ne sait pas qui a tiré et quelle était la cible. Ces derniers jours, les Américains ont mené deux attaques de drones contre la branche afghane de l’organisation terroriste Etat islamique, en représailles à l’attentat de jeudi, qui pourrait avoir fait 170 morts, selon des sources non officielles.

Le retrait américain du pays doit s’achever mardi.

Avant-dernier jour de présence américaine sous tension maximale

Il reste 300 Américains au plus à évacuer du pays, a déclaré dimanche le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken. Environ 114.400 personnes dont près de 5.500 citoyens américains ont été évacuées d’Afghanistanpar un gigantesque pont aérien depuis le 14 août, à la veille de la prise de Kaboul par les talibans.

La dernière phase des opérations d’évacuations a été alourdie par l’attentat de jeudi aux abords de l’aéroport de la capitale afghane, revendiqué par l’Etat islamique au Khorasan (EI-K), qui a fait une centaine de morts, dont 13 militaires américains et deux britanniques.

En représailles à l’attaque de jeudi, les Etats-Unis ont effectué samedi une frappe de drone dans l’est de l’Afghanistan, tuant deux membres « de haut niveau » de la branche afghane de l’EI et en blessant un troisième, et affirmé que ce ne serait pas « la dernière ».

Dimanche, ils ont détruit un véhicule chargé d’explosifs, afin de « supprimer une menace imminente » de l’EI-K contre l’aéroport. Un porte-parole des talibans a confirmé qu’un véhicule piégé avait été détruit alors qu’il se dirigeait vers l’aéroport, et ajouté qu’une probable deuxième frappe avait atteint une maison située à proximité.

Washington réunit lundi en visio-conférence ses « partenaires clés » (France, Canada, Allemagne, Italie, Japon, Royaume-Uni, Turquie, Qatar, Union européenne et Otan), afin de discuter « d’une approche alignée » pour la suite, a avancé le département d’Etat dimanche dans un communiqué.

Lundi également se tiendra à l’ONU une réunion des membres permanents du Conseil de sécurité sur la situation en Afghanistan. La France et le Royaume-Uni vont y plaider en faveur de la création à Kaboul d’une « zone protégée » pour mener des opérations humanitaires, a déclaré le président français, Emmanuel Macron, à l’hebdomadaire Le Journal du Dimanche.