Afghanistan: au moins deux morts dans l’attaque d’un temple sikh à Kaboul

Vers 06H30 (03H00 GMT), des hommes armés sont entrés dans un temple sikh, situé dans l’ouest de la ville, en attaquant « à la grenade un gardien » du site, a indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Abdul Nafi Takor.

Un membre de la communauté sikh a été tué et sept autres ont été blessés, selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Un combattant taliban a également été tué, a précisé le porte-parole, sans donner de bilan concernant les assaillants.

Quelques minutes après l’attaque, une voiture piégée a explosé à proximité du temple, sans faire de victime, a ajouté Abdul Nafi Takor.

« J’ai entendu des coups de feu et des explosions provenant du (temple sikh) », a déclaré à l’AFP Gurnam Singh, un chef de la communauté sikh à Kaboul.

« Généralement, à cette heure du matin, nous avons plusieurs fidèles sikhs qui viennent prier au temple », a-t-il ajouté.

Un incendie s’est déclaré après l’attaque. Des vidéos sur les réseaux sociaux montrent un panache de fumée noire s’élevant au-dessus du site et on peut entendre des coups de feu.

Environ 200 Sikhs vivent en Afghanistan – un pays presque entièrement musulman -, contre environ un demi-million dans les années 1970.

Déjà victimes d’attaques

Ces dernières années, la communauté sikh afghane a été la cible de plusieurs attaques.

La plus meurtrière a eu lieu en mars 2020, quand des hommes armés avaient pris d’assaut un temple de Kaboul, faisant au moins 25 morts.

Le groupe jihadiste État islamique avait revendiqué cette attaque.

L’EI avait déjà visé cette minorité au cours d’un attentat-suicide en juillet 2018 à Jalalabad, dans l’est du pays, tuant alors 19 personnes.

Quarante ans de guerre, de pauvreté et de discriminations ont provoqué l’exode de la communauté sikh afghane.

Après l’arrivée des talibans au pouvoir à Kaboul en août dernier, près d’une centaine se sont encore exilés.

Le nombre d’attentats, visant souvent des communautés religieuses minoritaires, a diminué dans le pays depuis l’arrivée des talibans.

Mais une série d’attaques à la bombe, dans lesquelles des dizaines de personnes ont trouvé la mort, a frappé le pays fin avril, pendant le mois du ramadan, puis fin mai.

La plupart ont été revendiquées par l’EI.

Les talibans tentent de minimiser la menace de l’Etat islamique-Khorasan (EI-K), la branche régionale de l’EI, et mènent une lutte sans pitié contre le groupe, qu’ils combattent depuis des années.

Ils ont multiplié les raids, notamment dans la province orientale de Nangarhar, et arrêté des centaines d’hommes accusés d’en faire partie.

Ils assurent depuis quelques mois avoir vaincu l’EI-K, mais les analystes estiment que le groupe extrémiste constitue toujours le principal défi sécuritaire pour le nouveau pouvoir afghan.